DEUX JOURNÉES QUI NOUS PARLENT…

Ce mardi 23 mai et le jeudi 22 juin : la Journée Européenne contre l’obésité et la Journée Nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs.

Et oui à SOS Hépatites ça nous parle et nous faisons un lien !

Depuis le 1er janvier 2017, la loi sur le don d’organes a évolué et chaque personne en coma dépassé est considérée comme consentante au prélèvement d’organes, si elle ne s’y est pas opposée de son vivant. Tous les malades du foie et tous les militants ou sympathisants de SOS Hépatites doivent être des ambassadeurs du don d’organes.

L’homme est son propre réservoir de pièces détachées. Et comme pour les voitures l’accès à une casse doit être organisé et facilité. La loi ne pourra pas tout, ce sont les mentalités qu’il faut faire évoluer.

Jusqu’en 2016, pour 3 personnes en situation de mort dépassée candidates au prélèvement d’organes, seule une était prélevée !

De nombreux pays européens, comme l’Espagne avaient un meilleur accès aux prélèvements.

Ne laissez pas un proche partir avec ses organes, pour sauver des vies, il faut dire OUI.

L’Europe, comme tous les pays développés, est frappé par une épidémie d’obésité avec plus de 15 % des adultes en situation de grande obésité. Une lutte contre ce fléau doit s’organiser. On connaissait déjà les risques cardiovasculaires liés au surpoids mais aujourd’hui, c’est le foie qui souffre.

Aux USA, la première cause de cirrhose est maintenant l’obésité et la France suit ce chemin.

La NASH  (Non-Alcoolic SteatoHepatitis), la maladie du SODA, appelez là comme vous voulez, mais nous devons en prendre conscience. Arrêtons de dire « Mon foie, connais pas » car « le foie se souvient de tout ce qu’on mange » et il peut étouffer et mourir sous la graisse.

Actuellement, il n’y a pas de traitement efficace en dehors de la chirurgie bariatrique pour réduire les obésités sévères. C’est ce que nous rappelle Pierre MENES l’obésité peut amener à la cirrhose et à la greffe du foie (interview) !

Deux Journées cohérentes… et pleines de points communs…

La méconnaissance, le manque d’information, la nécessité de communiquer auprès des jeunes générations dans les écoles, de changer nos représentations et nos valeurs.

Il faut dire OUI à la greffe et NON à l’obésité.

Pascal Mélin

Partager l'article

113763

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.