POURQUOI FAUT IL TRAITER LES USAGERS DE DROGUES ?

Traiter l’hépatite C chez les patients usagers de drogues reste fondamental
En 2011 l’équipe du Dr martin a publié dans the JOURNAL of HEPATHLOGY (j.hépatol), une modélisation sur la transmission de l’hépatite C chez les usagers de drogues en Ecosse. Cette équipe démontrait ainsi que traiter chaque année 10 usagers de drogues sur 1000 infectés, permettait 10 ans après de faire baisser la proportion d’usagers de drogues infectés d’au moins 13 voire 31%. Ces résultats prenaient en compte les possibilités de réinfection. Cette modélisation est intéressante car elle part d’un accès aux soins très modeste et nous rappelle que « faire peu » c’est déjà « faire ». En effet, en termes d’hépatite C chez les usagers de drogues, tordre le cou à certaines idées reçues doit rester un combat de tous les jours si l’on veut continuer de faire baisser le taux de prévalence de cette infection dans cette population pour laquelle on continue de croire et de véhiculer l’idée que traiter les usagers de drogues n’a pas d’intérêt à cause des réinfections.

Il ne serait donc pas éthique de ne pas traiter les usagers de drogue et c’est ce que SOS hépatites dénonce depuis 15 ans. Mais l’équipe du Dr martin va plus loin encore. Toujours à partir d’une population écossaise et en considérant que le taux de patients usagers de drogue infectés pourrait varier de 20 à 40%, le rapport coût-efficacité a été modélisé. Pour cela, un modèle de transmission dynamique du virus de l’hépatite C a été développé. Trois groupes ont été comparés : les usagers de drogue actifs par voie intraveineuse, les ex-usagers de drogue ou les non usagers. Il ressort de cette étude que malgré les réinfections possibles, le traitement des usagers de drogue actif est l’option la plus coût-efficace avec des ratios coût-efficacité par année de vie gagnée allant de 521 à 2539 £.
Le traitement de cette population dite « particulière » reste donc un choix épidémiologique prioritaire et nécessite le développement de prises en charge spécifiques autour des lieux de vie. Aujourd’hui il est nécessaire de développer des programmes d’accès aux soins et d’éducation pour les usagers ainsi que des programme de réductions des risques pour éviter tout risque de recontamination.

C’est la encore une revendication de SOS hépatites de longue date.

Pascal Mélin

Pour en savoir plus :
Martin, et collaborateurs : Can antiviral thérapy for hépatitis C réduce the prevalence of HCV among injecting drug user populations ? A modeling analysisof its prevention utility. J Hepatol.2011Jun ;54(6) :1137-44.
Cost-effectiveness of hépatitis C virus antiviral treatement for injection drug user populations. Martin nk and all. Hepatology.2012Jan;55(1):49-57.

Partager l'article

14496

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.