NASH DAY, LES MÉDICAMENTS SONT DÉJÀ LÀ … MAIS PAS ACCESSIBLES !

Le 12 juin c’est la date retenue pour la journée mondiale de lutte contre la NASH qui touche de plus en plus de personnes.

Le foie est étouffé par la graisse qu’il stocke et cela aboutit à une hépatite et parfois à une cirrhose. Lorsqu’on est trop gros ou diabétique, le foie se surcharge en graisse. Dans 80% des cas il la tolère mais dans 20% des cas elle provoque une réaction d’intoxication et donc d’hépatite qui, à la longue, pourrait aboutir à une cirrhose.

On estime en 2019 que plus de 70% des diabétiques ont de la graisse dans le foie et 20% seraient en chemin pour une cirrhose !

La perte de poids, l’exercice physique et les conseils hygiéno-diététiques sont la pierre angulaire de la prise en soins des diabétiques mais aussi des personnes porteuses de NASH !

On nous annonce pour 2020 des traitements efficaces contre cette NASH, un certain nombre ont un développement très avancé.

Mais ce qui reste le premier traitement c’est l’information et l’hygiène de vie !

Parlons de traitement :

Je voudrais vous parler du VICTOZA, le LIRAGLUTIDE dosé à 0,6 ou 1,2 mg qui s’administre par injection ! Ce médicament est déjà utilisé en diabétologie en association aux traitements diabétiques mais sa forme injectable fait, qu’il n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur, par une population traitée plus habituellement par comprimés.

Pourtant le VICTOZA a un autre intérêt, il a prouvé son efficacité sur la NASH et même s’il n’a pas encore d’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) car il n’est pas encore commercialisé dans cette indication, son utilisation chez les diabetiques porteurs de NASH devrait être de mise !

Le VICTOZA pourrait être également utilisé en diabétologie à condition que les hépatologues acceptent de sortir de l’AMM stricte…Par le passé ils l’ont déjà fait …

Donc oui, en cette journée mondiale de lutte contre la NASH, SOS Hépatites rappelle son engagement dans le développement de programme d’éducation spécifique à la NASH, comme nous l’avons fait dans les hépatites virales, mais surtout nous appelons à la mise en place de procédures accélérées pour la mise à disposition des médicaments permettant d’améliorer la prise en charge des personnes porteuses d’ une NASH.

Pascal Melin

Partager l'article

122643

Un commentaire sur “NASH DAY, LES MÉDICAMENTS SONT DÉJÀ LÀ … MAIS PAS ACCESSIBLES !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.