LA PRÉSOMPTION DE CONNAISSANCE…

La présomption de connaissance vous connaissez ? Lorsqu’un médecin reçoit un nouveau malade porteur d’une maladie il aborde le plus souvent ce dernier en le supposant ignorant sur sa maladie !

C’est la présomption d’ignorance…

Les médecins sont capables de reprendre les explications d’une maladie en commençant par les choses les plus simples. De plus en plus souvent les malades n’osent pas interrompre le médecin. Il suffirait que cette rencontre soit basée sur le principe de connaissance. Imaginez des consultations qui débutant par des phrases comme :  « que connaissez-vous de votre maladie ? » ou bien encore « qu’avez-vous appris de votre maladie depuis notre dernière consultation ? »

On voit bien, aujourd’hui, que l’accès à l’information ne passe plus par la rencontre avec un médecin. Le médecin est surtout là pour garantir l’accès aux soins et aux traitements.

De principe les malades s’informent, le premier traitement c’est l’information et en 2019 l’accès à l’information n’est plus centrée sur les médecins.

Alors nous attendons la nouvelle génération de médecins qui rencontrera les malades avec une présomption de compétence et de connaissance. Evaluer les compétences d’auto-soins d’un malade c’est une nouvelle façon d’imaginer la démocratie sanitaire et l’éducation thérapeutique.

Pascal Mélin

Partager l'article

122636

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.