FREDERIC

« Un chef d’entreprise d’une petite TPE écœuré par le système… »

Bonjour à tous,

On m’a découvert une hépatite C il y a un mois. Je ne l’avais pas en juillet de l’année dernière…
Donc vous avez compris, je suis plutôt F (-2) que F2…
Je découvre depuis un mois un monde qui m’était inconnu jusque-là, un monde de souffrance (un de plus), un monde d’injustice (sauf pour les labos), et heureusement, un monde de solidarité, de compassion et de fraternité qui redonne espoir en la Nature Humaine.

Alors déjà, bravo et merci à ces personnes formidables, extraordinaires, qui nous aident au travers de ces associations à nous soutenir mutuellement, à faire connaître notre maladie, à nous défendre face à des lobbies pourtant puissants qui préfèrent payer des séminaires de luxe à des « prescripteurs » pour leur marketing, plutôt que de faire le maximum pour réduire le prix de leurs produits.
Et lorsque nos gouvernements « négocient » des prix dans ce domaine, j’ai honte ; honte de voir que le système capitaliste s’applique aussi au domaine de la santé ! Honte de penser qu’il faut là aussi de la croissance, celle des maladies, pour que le système fonctionne !! C’est nous qui avons généré ce monstre ? Il serait lâche de dire que ce sont « les autres », « le Marché », « les politiques », car le Marché, les politiques, c’est nous qui les créons, nous, vous, moi. En ce moment, je n’ai pas la force d’aller aux « Nuits Debout », mais j’en meurs d’envie, car il faut agir, sans violence, mais fermement, pour construire autre chose !

Non, je n’ai pas la force d’y aller, et depuis 3 semaines, je ne peux plus travailler. Encore un tire au flan, qui veut profiter du système, penseront certains. Et bien non, c’est pire que ça ! Je suis patron d’une TPE, de 9 salariés, une équipe qui souffre depuis des années de la crise, qui se bat au quotidien pour rester la tête hors de l’eau. Aujourd’hui, la situation est à la limite du dépôt de bilan, et il faut se battre chaque jour pour trouver des solutions. Alors quand on m’explique que je dois attendre d’être plus « malade » pour avoir un traitement (car mon spécialiste ne souhaite pas me donner les anciens traitements), je lui demande combien de temps cela peut durer… » : plusieurs mois, un an, mais l’année prochaine, les traitements seront mieux remboursés ». Comme beaucoup en témoignent ici, chaque jour, chaque heure, on ne sait pas comment on sera dans une heure, on se réveille dans la nuit parce qu’on est mal, on s’écroule de fatigue après deux heures de « presque » pleine forme. J’essaie de travailler à distance, mais on ne gère pas une TPE à distance pendant très longtemps, il faut être sur le terrain, aller voir les chantiers, les clients, ses collaborateurs… Je n’arrive pas à me concentrer assez longtemps, j’oublie de faire des choses que j’avais promises… Le poisson pourrit par la tête disait un de mes anciens patrons…
Je refuse de laisser mon entreprise pourrir, parce que des actionnaires de grands groupes se font beaucoup trop de fric sur le dos de la santé des gens. Eux, ils peuvent se payer, sans sécurité sociale, de leur poche, les traitements à 40 000 euros. Moi, j’aimerais bien pouvoir les investir dans ma société, ici, en France.

Je ne sais pas ce qui me rend le plus malade : l’Hépatite C ou C gens-là…

Alors oui, si d’après ce que j’ai lu, notre gouvernement a le pouvoir de modifier cette situation, pour revenir à l’égalité des soins, à une meilleure éthique et au respect des individus, oui, armons leur bras pour les aider à lutter contre ce fléau de l’économie de marché, qui demande que les gens soient plus(+) malades pour que les guérir soit RENTABLE …

Partager l'article

110232

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.