FIN VENTE LIBRE CODEINE : RÉACTION USAGER – PROFESSIONNEL

RENDEZ-NOUS NOS BOÎTES VERTES ! DU NEO-CODION AU NEO-CONFORMISME…

Alors j’apprends aujourd’hui, l’interdiction pure et simple de la vente libre du Néo-Codion… C’est un fake, ce n’est pas possible…

Les boîtes vertes éparpillées dans les rues, délavées par la pluie font partie du patrimoine national… Comme nos boîtes à lettres jaunes ou les civettes des tabacs.

Pour un toxico en manque, la vision d’une de ces boîtes dans une rue est rassurante, le cœur s’accélère, la certitude de trouver un pharmacien qui va délivrer le précieux palliatif est réconfortante.

Mais, il semblerait qu’il y ait des détournements dans l’utilisation des médicaments opiacés !

Non ! Pas possible ! Je ne peux pas le croire !

Ben oui, bien sûr, il y a des détournements, mais ce n’est pas d’aujourd’hui !

Alors, oui, il y a une nouvelle mode de défonce qui se développe et qui consiste à mélanger médicaments à la codéine et alcool. Ce mélange explosif aurait abouti à quelques décès d’adolescents… Ce n’est pas négligeable et je pense que ça mérite de s’intéresser à ce problème.

Mais, interdire purement et simplement le néo-codion en vente libre, c’est comme si, on interdisait aux gens de conduire parce qu’un délinquant de la route a provoqué un grave accident de la circulation…

Vous savez ce qui se passe dans la tête d’un toxico en manque, lorsqu’il ne trouve pas de pharmacie et qu’il ne peut pas prendre une ou deux boîtes de néo-codion pour s’apaiser ?

Eh bien, il va shooter n’importe quoi, ce qu’il trouve : vodka, whisky, médicaments divers écrabouillés…

Donc, on peut s’attendre à une flambée d’accidents graves, d’hépatites, d’abcès, etc…

Vous allez me dire qu’il y a les médecins qui peuvent prescrire, les CAARUD, etc. Mais les tox s’en foutent pas mal, ils n’ont pas leur came et il leur faut dans la minute le néo-codion !!!

Il faut être un ministre pour prendre des décisions arbitraires aussi stupides que dangereuses, sans écouter les personnes concernées.

Je dis ça, je ne dis rien…

Virginie, Responsable d’un accident de la route suite à une injection d’alcool mélangé à des cotons … Un jour gris, sans came, sans néo-codion

Madame Buzyn, là, je ne suis pas sûr que votre décision soit la bonne.

Vous avez signé un arrêté le 12 juillet visant à interdire la vente libre de codéine en pharmacie, les médicaments à la codéine ne seront désormais disponibles que sur prescription médicale.

Pourquoi ? A cause du « Purple Drank » qui est un cocktail à base de SODA, d’antihistaminique et de codéine. Depuis le début de l’année, on a enregistré le décès de 2 adolescents suite à la prise de « Purple Drank » et une trentaine de cas d’intoxications graves.

À tous les ex-tox qui sont nostalgiques des journées à faire le tour des pharmacies pour acheter des boîtes de néo-codion ou de sirop Niver alors en vente libre, c’est maintenant du passé.

Finie l’époque où l’on entrait dans une pharmacie en posant 5,30 euro sur le comptoir, ce qui déclenchait automatiquement l’arrivée d’une boîte de néo-codion sur le dit comptoir. La pratique était pour le moins choquante, puisque les pharmacies pouvaient délivrer une boîte par jour et par patient. Mais comment contrôler les choses ?

À l’heure où on évoque la dépénalisation du cannabis, cette décision semble pénalisante !

En effet, les codéinés en vente libre sont des traitements de substitution de bas seuil. Car, un toxicomane en manque entre 2 livraisons, ou qui voulait tenter une décro, avait souvent recours aux produits codéinés.

Bien sûr, on fermait les yeux sur ce véritable outil de réduction des risques (RDR) à part entière. Les codéines en vente libre étaient probablement une façon de soulager les toxicomanes et même plus.

Si, les pharmaciens jouaient pleinement leur rôle d’acteur de santé publique, ils pouvaient repérer les toxicomanes et les aider à se rendre vers les centres de soins ou auprès des médecins généralistes.

La restriction de l’accès aux produits codéines est un message sécuritaire qui s’oppose au développement de la RDR et de l’accompagnement des usagers de drogues.

Alors, Madame le Ministre, cette décision est probablement une fausse bonne idée.

Alors, demandez-nous ! Travaillez réellement avec les malades et les usagers plutôt qu’avec les biens pensants, donneurs de leçons.

La pire des toxicomanies est celle des idées reçues.

 

 

 

Pascal Mélin

 

 

Partager l'article

115752

5 commentaires sur “FIN VENTE LIBRE CODEINE : RÉACTION USAGER – PROFESSIONNEL

  1. Chez nous, en Belgique, le néocodion été retiré des ventes depuis longtemps déjà !
    Même plus possible n’en avoir même avec ordonnance.
    Bisous mon cher Pascal. Mumu la belge, surnommée par tous « Madame Hépatites » !

  2. oui c’est vrai que la belgique est toujours en avance …
    pour le meilleur et le pire
    est ce vrai qu’on ne traite pas les patients porteur d hepatite C chez vous?
    bises
    pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.