FIGARO : LA TRIBUNE DU 15 MARS … L’APPEL DES 110

110 c’est le nombre de professeurs agrégés d’hématologie qui ont signé une tribune d’alerte ce jour dans le figaro .

Sous la dynamique des Pr Marininchi et Vernant les 110 ont dénoncé le prix croissant et de plus en plus exorbitant des innovations thérapeutiques en matière de tumeur hématologique alors que les enquêtes ont montré que le coût de la recherche et du développement est plutôt en baisse. En 15 ans le prix moyen de mise sur le marché d’un traitement est passé de 10 000 $ a plus de 120 000 $ . Au Etats Unis des malades ont déjà dû renoncer aux soins faute de pouvoir financer leur traitement et au Royaume Uni certains médicaments sont purement et simplement dé remboursés  . En France nous n’en sommes pas encore là mais notre système de santé solidaire risque d’être asphyxié rapidement.

Les prix des nouveaux traitements du cancer sont déterminés arbitrairement par les suppositions des industriels sur ce que les marchés sont capables de supporter.

On ne peut définir le prix d’un médicament sur les années de vie gagnées ou sur le coût économisé par rapport aux traitements antérieurs . Sinon quel aurait été le prix des antituberculeux au début du 20 ème siècle si on l’avait estimé sur les années de vie gagnée et les coûts des sanatoriums . Les règles du jeu permettant de fixer le prix des médicaments innovants deviennent tronquées . Les malades via la ligue contre le cancer et les hématologues via cette tribune poussent le même cri d’alarme .

De l’hématologue à l’hépatologue il n’y a qu’une lettre qui change! Mais les préoccupations sont les mêmes pour les malades ! Nous voulons garantir l’accès aux soins pour tous et ne pas valider ces stratégies mercantiles de rationnement . Les hépatologues doivent rejoindre les hématologues dans ce combat.

http://img.over-blog-kiwi.com/0/99/19/63/20160316/ob_76aada_cancer.jpg

Quatre propositions concrètes et piste de réflexion sont donc mises en avant:

1. définir un juste prix pour les médicaments du cancer, basé sur les sommes investies par les industriels pour la R&D du produit (en tenant compte des apports fournis par la recherche académique), auxquelles s’ajouteraient un retour sur investissement raisonnable, éventuellement défini au départ .

2. Rendre le système d’arbitrage des prix plus démocratique et transparent, en y associant de façon structurelle des représentants des patients et des professionnels .

3. Ne plus accepter les extensions de durée des brevets, la rapidité du développement des nouvelles thérapeutiques ne les justifient plus .

4. Autoriser, comme cela existe déjà pour les traitements du sida et des infections opportunistes, l’utilisation de licences obligatoires pour les pays en développement, leur permettant de produire et utiliser les génériques avant même que les brevets ne tombent dans le domaine public.

SOS Hépatites fais siennes ces propositions qui rassemblent toutes nos remarques et attentes depuis 3 ans .

Nous devons retrouver la raison ; Aujourd’hui l’industrie de l’innovation pharmaceutique génère plus de profits que l’industrie pétrolière ou celle du luxe . Parce que les soins doivent rester solidaires et parce que ce sont des valeurs fondamentales de notre système de démocratie nous nous devons d’inventer de nouvelles règles .

 

Pascal Mélin

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/03/14/24739-lurgence-maitriser-prix-nouveaux-medicaments-contre-cancer

Partager l'article

19765

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.