DU BRUIT ET DES ÉCHOS…

Depuis la rentrée, tout s’accélère et la campagne bruyante, pour faire sortir l’hépatite C du silence fait écho, du nord au sud et de l’est à l’ouest.

Elle était passée à Saint-Etienne en septembre, et voilà que ce 12 octobre, elle s’est arrêtée à Marseille, où nos militants ont fait du bruit pour alerter politiques et médecins. Car si Marseille sans Hépatite C est faisable, il faut se retrousser les manches et crier fort ! Mais la criée, on connaît à Marseille, car de la dorade au dépistage, il suffit de crier. Avec des actions comme « mon hôpital sans hépatite C » menée par le Pr Marc Bourlière à l’Hôpital Saint-Joseph.

Ce projet a été remarqué du 03 au 06 octobre, lors du dernier congrès des hépatologues français à Lyon. Il visait à mettre malades, médecins généralistes et politiques locaux en ordre de marche pour faire de Marseille une ville sans hépatite C.

À l’autre bout de la France, Arreux, petit village ardennais de 300 habitants au nord de Charleville-Mézières réalisait ce dimanche 14 octobre, son deuxième volet de « Arreux sans hépatite C » commencé avant l’été. Arreux, premier village de France dont l’ensemble de la population adulte a accepté de se faire dépister de l’hépatite C. Voilà l’exemple même d’une micro élimination ! Voir le reportage vidéo de France 3

SOS hépatites va reprendre ce concept et l’appliquer à des villes plus grandes comme Corbigny ou Marseille

Nous espérons que la campagne bruyante permettra d’emballer toutes ces actions et de les rendre possibles…

#DUBRUITCONTRELHEPATITEC

Pascal Mélin

 

 

Partager l'article

121179

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.