VOLET PRÉVENTION DE LA STRATÉGIE NATIONALE DE SANTÉ…

Hier, lundi 26 mars, le Premier Ministre Edouard Philippe et la Ministre de la Santé Agnès Buzyn ont présenté le Plan Prévention sur la Santé, volet prévention de la Stratégie Nationale de Santé 2018 – 2022.

Ils ont tous deux présenté 25 mesures pour bien vieillir. 25 mesures pour faire reculer la mortalité précoce, qui est encore trop importante en France.

Ces mesures ont été présentées en mettant en avant la cohérence de tout le gouvernement et de tous les ministères.

La lutte contre les addictions a une part importante, mais la question maintenant est de savoir quelle enveloppe financière accompagnera ce plan ?

SOS Hépatites avait appelé de tous ses vœux, à l’intégration de la lutte contre l’hépatite C dans ce plan. Et c’est chose faite à travers la mesure 15 :

15. Intensifier les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés pour contribuer à l’élimination du virus de l’hépatite C en France à l’horizon 2025.

Contexte : L’OMS a défini un cadre mondial d’élimination des hépatites B et C au cours de l’assemblée mondiale de la santé 2014, dans lequel la France s’est engagée (définition internationale de l’élimination : 90 % de réduction d’incidence, 65 % de réduction de mortalité).

Depuis 2014, la possibilité de guérir de l’hépatite C est une réalité, grâce aux antiviraux à action directe (AAD). Des actions sont indispensables pour consolider les acquis et accélérer la prise en charge de l’hépatite C.

Objectifs : Eliminer l’hépatite C d’ici 2025.

Mesure : L’élimination de l’hépatite C à l’horizon 2025 repose sur 3 actions principales :

  1. renforcer l’accessibilité aux traitements de l’hépatite C, par l’ouverture à de nouveaux prescripteurs en favorisant les réseaux ville-hôpital ;
  2. renforcer le dépistage de proximité par Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) dans une approche combinée du VIH, VHC, VHB ;
  3. renforcer la prévention par des actions innovantes « d’aller-vers » pour toucher les publics prioritaires et éloignés du système de santé.

Oui, nous ne boudons pas notre plaisir, puisque nous avons là, l’annonce politique que nous attendions : « la France se met en marche pour être le 10ème pays sur la voie de l’éradication virale avant 2025 ! »

Il reste en France 70 000 personnes infectées à trouver, mais la plupart n’appartiennent pas à des groupes à risque.

Et il est là notre OUI MAIS, en ciblant les publics les plus exposés ou les plus vulnérables (selon le politiquement correcte acceptable), l’objectif de l’éradication va être difficile à atteindre. Car pour nous, l’objectif de l’éradication passe par un dépistage universel. Nous ne devons pas aller plus loin dans la stigmatisation. Il faut dépister les publics vulnérables certes, mais pas que….

Dans la proposition 1 retenue « renforcer l’accessibilité aux traitements de l’hépatite C par l’ouverture à de nouveaux prescripteurs, en favorisant les réseaux ville-hôpital », on voit réapparaitre le concept de réseau ville-hôpital qui avait disparu, mais avec quels moyens !

Dans la proposition 2 « renforcer le dépistage de proximité par Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) dans une approche combinée du VIH, VHC, VHB », on est heureux de voir que le dépistage des trois virus B/C/VIH est maintenant associé et que l’on attend les TROD multiplots.

Dans la proposition 3 « renforcer la prévention par des actions innovantes « d’aller-vers » pour toucher les publics prioritaires et éloignés du système de santé », on évoque la prévention par des actions innovantes auprès des publics prioritaires.

Et c’est là que nous les hépatants de SOS Hépatites on dit Ok.

ÉCOUTEZ CE QUE L’ON A Á VOUS DIRE !

Le jeudi 12 avril, lors de notre conférence de presse en parallèle du congrès européen d’hépatologie (EASL), nous lancerons notre grande campagne 2018.

SUIVEZ-NOUS ET VOUS SAUREZ LE 12 AVRIL.

 

Pascal Mélin

 

Partager l'article

118260

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.