SALUT PHIL…

Salut Phil et surtout ne sois pas sage au paradis des hépatants mécréants et ne cherche pas à vacciner les anges avant leur entrée en sexualité car ils n’ont pas de sexe.

Phil même au moment de tirer ta révérence à la vie tu as encore trouvé le moyen de faire un pied de nez à la Toussaint.

Tu étais un infirmier de formation mais tu étais aussi un homme, un militant et un citoyen. De longue date, tu revendiquais ton état de co-infecté VIH/VHC. Nous nous étions rencontrés il y a 15 ans, tu étais alors un de nos militants les plus actifs dans les Ardennes. Ce dont je me souviens c’est une de tes déclarations tonitruantes où tu nous avouais il y a déjà 15 ans : « je n’ai plus peur du SIDA car j’ai appris à vivre avec, on m’a donné des traitements et des armes pour arriver à le contrôler ; par contre  mon hépatite C me fait peur et c’est elle qui m’emportera… » Quel triste visionnaire tu faisais, avant tous les autres, tu avais compris que les co-infectés risquaient de mourir de leur foie et non de leur SIDA. Tu avais alors rejoint SOS Hépatites et tu étais à l’initiative du projet de CAARUD dans les Ardennes. Tu avais été mis à disposition par le Centre de Gestion des Ardennes suite à la fermeture du dispensaire de Mouzon où tu étais infirmier, pour aller au plus près de ceux qui étaient le plus loin des soins.

Tu répétais à qui voulait l’entendre :

« n’ayez pas peur du plaisir, vivre c’est jouir, mais ne vous faites pas mal, le plaisir ne doit jamais pouvoir amputer votre avenir. »

A l’époque, nous ne le comprenions pas très bien, mais toi à travers ton vécu, ta vision de l’autre, ta sensibilité, sans le savoir, tu nous apprenais la Réduction Des Risques. Préventologue inépuisable tu savais trouver les mots qui seraient entendus et retenus. Phil tu étais un hépatant, tous les membres de SOS Hépatites qui avaient pu échanger avec toi en étaient revenus avec un autre regard et de nouvelles questions. Pour supporter le présent, tu poussais le futur. Il y a trois ans lors des Université de Printemps à Sedan tu avais tenu, malgré la maladie qui t’affaiblissait déjà, à être présent. Tu nous avais rappelé que nous devions prendre soin des travailleurs du sexe et nous avions élaboré de nouvelles actions.

Merci Philippe Le Blond, merci Phil, merci l’ami d’avoir été toi et de m’avoir permis de croiser ta route…

Nous ferons vivre tes idées et tes rêves, tu es mort alors que les traitements pour guérir étaient enfin là, nous comprenons et faisons nôtre ton dernier message. Il ne suffit pas d’avoir des traitements qui guérissent pour guérir.

Pascal Mélin

Partager l'article

19204

Un commentaire sur “SALUT PHIL…

  1. au fil des rencontres entre hépatants nous voyons apparaître de nouvelles têtes qui ne nous marquent pas particulièrement mais Philippe dès qu’on avait parlé avec lui on ne l’oubliait pas…
    salut l’épatant hépatant, tu restes avec nous
    Janine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.