Rapports

Épidémie communautaire d’hépatite A dans le département du Nord, France, 2008-2009

Épidémie communautaire d’hépatite A dans le département du Nord, France, 2008-2009 Héloïse Lecocq et al. Sylvie Haeghebaert; Cire Nord, Institut de veille sanitaire, Lille, France En 2008 et 2009, une épidémie communautaire d’hépatite A s’est propagée dans le département du Nord. Un suivi épidémiologique a permis d’identifier les facteurs favorisant la transmission et d’adapter les mesures de contrôle. Au total, 492 cas confirmés ont été notifiés, dont 157 en 2008 et 335 en 2009. Cinq foyers épidémiques ont été observés. L’âge médian des cas était de 9,5 ans et le taux d’hospitalisation était de 28%. L’origine de la contamination était liée à une transmission active de personne à personne dans les familles ou l’entourage proche (45%), dans des communautés vivant en situation d’hygiène précaire (26%), au sein de collectivités d’enfants (17%). L’enquête virologique a mis en évidence la circulation intriquée, durant l’épidémie, de souches de génotype IA appartenant à 3 regroupements phylogénétiques. Outre le renforcement des mesures d’hygiène, le contrôle de l’épidémie a nécessité la mise en oeuvre de stratégies collectives (campagnes de vaccination dans les populations vivant en situation d’hygiène précaire) et individuelles (vaccination de l’entourage familial des cas), suivant les recommandations du Haut Conseil de la […]
Par |5 février 2013|Rapports|Commentaires fermés

Vaccination incomplète contre l’hépatite B : intérêt d’un rattrapage tardif ?

Christophe HOMMEL, Centre de vaccinations internationales, Centre hospitalier régional universitaire, Strasbourg, France Objectif – Évaluer l’efficacité d’un rattrapage tardif chez les patients n’ayant pas terminé la vaccination contre le virus de l’hépatite B Conclusion – Malgré un délai de retard pour la 3e dose de plus de 6 ans en moyenne, plus de 90% des patients mis à jour de leur vaccination contre l’hépatite B et contrôlés sérologiquement obtenaient un résultat positif en anticorps anti-HBs. Le sexe masculin, le délai de retard ainsi que l’âge au début de la vaccination semblent jouer sur la réponse immunitaire. L’absence de rappel semble principalement liée à la polémique qui a suivi, en France, l’importante campagne de vaccinations de 1994-1998. En savoir plus sur le site de l’INVS
Par |22 janvier 2013|Rapports|Commentaires fermés

Don de sang : surveillance du risque infectieux et sécurité transfusionnelle

Nous y apprenons que le risque de transmission du VIH-sida par transfusion reste stable (le risque résiduel est évalué à 1 pour 3 millions de dons environ), contrairement à celui du VHB et du VHC qui est en baisse depuis 1992. Le risque a été divisé par 20 pour le VHC, et par 5 pour le VHB depuis 1992. Une équipe de recherche a également fait une étude modélisée pour savoir si le risque augmenterait en acceptant les dons des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Ses conclusions sont… En savoir plus sur le site de l’INVS
Par |23 octobre 2012|Rapports|Commentaires fermés