Hépatite B

Si vous êtes arrivé sur cette plateforme hépatite B, il y a une raison !

  • Vous voulez savoir si vous êtes protégé ?
  • Vous ne savez plus si vous êtes vacciné ?
  •  Vous avez été diagnostiqué d’une hépatite B chronique, active ou non et vous cherchez des informations ?

Sur cette plateforme nous allons vous aider à trouver des réponses.

L’hépatite B, c’est quoi ?

Transmise par un virus, l’hépatite B est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue dans le monde : 2 milliards de personnes ont été contaminées ! Beaucoup d’entre elles vont guérir spontanément mais il en reste malgré tout 400 millions qui ne sont pas encore dépistées, et dont l’hépatite va évoluer vers la chronicité.
L’hépatite B est responsable de 1 million de morts par an, ce n’est pas rien !

 

cartehepatb
En France, ce sont environ 280 000 personnes adultes qui sont infectées de façon chronique par ce virus, mais seulement la moitié ont connaissance de leur statut.
Ainsi, près de 150 000 personnes sont porteuses de l’hépatite B en France et ignorent leur statut !

Hépatite A, B ou C ?

Nombre de personnes confondent souvent les différentes hépatites : l’hépatite A, l’hépatite B, l’hépatite C. Elles ne savent pas bien lesquelles guérissent spontanément ou non, et l’hépatite B en est un parfait exemple.
Vous connaissez peut-être des personnes qui ont eu une hépatite B, qui sont guéries et qui vont très bien ! Alors, pourquoi tout ce “battage” autour de cette maladie ? Et pourquoi seriez-vous concerné ?
Il faut savoir que le virus de l’hépatite B (VHB) est 10 fois plus contaminant que le virus de l’hépatite C (VHC) et 100 fois plus contaminant que le virus du sida (VIH). Le virus de l’hépatite B se transmet par contact avec le sang et les liquides biologiques, le sperme, les sécrétions vaginales, parfois la salive, ou de la mère à l’enfant.
Il survit 7 jours en dehors du corps humain, et résiste à l’alcool et l’éther. À titre de comparaison, le VIH ne survit que quelques heures et le VHC, 5 jours.
Autre différence importante entre ces deux maladies potentiellement graves que sont l’hépatite B et l’hépatite C : seule l’hépatite B dispose d’un vaccin qui permet de s’en protéger. (Il existe également un vaccin contre l’hépatite A, mais cette hépatite ne présente pas de risque de chronicité.)

Le vaccin

Oui, mais pourquoi donc se faire vacciner ?
Si certaines maladies comme la poliomyélite, la diphtérie, le tétanos ou la tuberculose ont disparu, c’est grâce à la vaccination et non parce qu’elles n’existent plus, comme on pourrait le croire. D’ailleurs, la réapparition de certaines de ces maladies est due uniquement à un relâchement sur la vaccination.
Pour l’hépatite B, 90% des personnes qui la contracteront vont guérir spontanément, sans séquelles, mais environ 10% vont conserver le virus et passer à une forme chronique, potentiellement grave, qui peut évoluer en cirrhose du foie et/ou en cancer du foie.

Quelques chiffres : chaque année, en France, il y a 3000 contaminations par le VHB. Elles donneront 3 hépatites fulminantes (voir ci-dessous), 60 à 150 hépatites évoluant vers la chronicité, dont 15 à 30 vers un carcinome hépatocellulaire, ou CHC (cancer du foie).
Vous êtes joueur(se), peut-être ? Pour le Loto, vous avez une chance sur 19 068 840 de le remporter ! Pour l’hépatite B, si vous contractez la maladie, vous avez 1 chance sur 10 pour qu’elle devienne une hépatite chronique, ou plutôt une malchance… C’est moins risqué que la roulette russe, mais quand même pas mal, non ?
Si le monde entier avait accès à la vaccination contre l’hépatite B, la maladie disparaîtrait de la planète. N’oublions pas que la vaccination a sauvé davantage de vies que les antibiotiques !

En France, la vaccination des nourrissons contre l’hépatite B est inscrite au calendrier vaccinal : calendrier-vaccinal

 

sos_hepatites-afffiche_bebe_hepatite_b-40x60cm-fev_2012-hdÀ défaut, les personnes à vacciner prioritairement sont :

  • les personnels de santé,
  • les nouveau-nés de mères porteuses de l’antigène Hbs du virus de l’hépatite B
  • les enfants en âge préscolaire admis en institution (crèche, etc.),
  • les toxicomanes,
  • les personnes à partenaires sexuels multiples,
  • les personnes immunodéprimées,
  • les candidats à la transplantation,
  • l’entourage d’un porteur du virus de l’hépatite B.

Évolution naturelle de l’hépatite B

histoire-naturelle-hepatites

Après la contamination (infection), le virus met 12 semaines avant d’être détectable dans le sang.
Vient ensuite la phase aiguë, qui dure entre 3 et 6 mois.
À partir de là :

  • soit votre organisme arrive à éliminer le virus : on parle de guérison spontanée ;
  • soit votre organisme n’a pas suffisamment de défenses et le virus va persister au-delà de 6 mois : on parle alors d’hépatite chronique ;
  • plus rarement, l’hépatite aiguë s’aggrave très rapidement : on parle alors d’hépatite fulminante.

L’hépatite chronique provoque une fibrose, qui peut évoluer en cirrhose et en cancer. Le cancer peut toutefois se déclarer sans passer par le stade de cirrhose.

Par ailleurs, l’excès de graisse se fixera plus facilement sur le foie risque d’aggraver l’ensemble. Cet excès de graisse sur le foie s’appelle la stéatose.