L’HÉPATO-FICTION, C’EST MAINTENANT…

 

On pourrait croire que nous sommes loin de L’HEPATO-FICTION !

Et bien non, nous y sommes déjà !

 

TROIS EXEMPLES :

1. D’abord, souvenez-vous dans Jurassic Park, on recréait des animaux préhistoriques disparus à partir de moustiques gorgés de sang, retrouvés piégés dans de la résine. Eh bien, on y est avec la grenouille rheobatrachus silus.

Cette grenouille plate, à incubation gastrique, est intéressante à plus d’un titre. En effet, la femelle ingurgitait ses petits, pour les faire grandir dans son estomac, avant de les relâcher à maturité. Mais le plus intéressant, c’est que cette grenouille arrêtait de produire de l’acide gastrique pour ne pas détruire ses petits et son métabolisme hépatique changeait aussi. Comprendre tous ces mécanismes semblait prometteur pour les médicaments des ulcères du foie ou pour les pathologies de surcharge du foie. Malheureusement, cette espèce s’est éteinte en 2001 mais les chercheurs ont gardé des embryons congelés et les manipulations  génétiques permettent aujourd’hui, de lui redonner vie… Les études vont pouvoir reprendre.

Pour en savoir plus : Futura Planète, Clonage : une grenouille disparue revit grâce à ses embryons, 13/03/2013

2. Autre exemple hépato-fictif, le monde des requins :

Saviez-vous que chez les requins, on n’a jamais mis en évidence un cancer du foie !!! Encore des pistes de recherche que la nature nous offre.

3. Enfin, la greffe est sur le point de vivre une révolution ! Actuellement, on ne greffe que des organes humains à des humains et encore après avoir vérifié l’absence de maladie transmissible par la greffe (VIH, virus hépatite, rage etc…). La greffe de l’animal à l’homme est maintenant possible, car nous avons des traitements antirejet suffisamment puissants.

Les cochons étaient de bons candidats au don d’organes, mais se posait le problème des infections virales porcines, qui auraient pu se transmettre à l’homme via la greffe. On parlait depuis longtemps de greffes humanisées. L’annonce de manipulations génétiques permettant de développer une race de cochon capable d’éliminer ces infections modifie complétement la donne. Aux USA l’année dernière, ce sont 33 600 organes qui ont été transplantés, alors que 116 800 patients sont sur liste d’attente. Voici un formidable message d’espoir…

Il faudra encore batailler contre les représentations et les croyances religieuses… Mais le cochon pourrait être une voie d’avenir pour tous ceux en attente de greffe.

Pour en savoir plus : The New York Times, Gene Editing Spurs Hope for Transplanting Pig Organs Into Humans, 10/08/2017

L’hépato-fiction, c’est maintenant et on savait déjà que tous les hommes sont des cochons…

 

Pascal Mélin

Partager l'article

116433

Un commentaire sur “L’HÉPATO-FICTION, C’EST MAINTENANT…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.