LES ANTPROTÉASES DANS LA VRAI VIE…

Le télaprévir et le bocéprévir sont des antiprotéases de première génération disponibles dans la lutte contre l’hépatite C de génotype 1 depuis bientôt  deux ans.
Lors de la mise au point d’un nouveau médicament, la molécule candidate à la reconnaissance suprême de « médicament » subit des batteries de tests d’efficacité et de tolérance qui amène à rejeter plus de 90% des molécules étudiées.
Ainsi, bon nombre de nouvelles substances qui s’avéraient prometteuses n’ont pas passé pas les fourches caudines des autorisations et des tests et ont donc été oubliées.
Mais intéressons nous à une étape ultime du développement, à savoir la pharmacodynamie et la pharmacologie qui consistent à étudier comment un futur médicament est diffusé dans l’organisme  puis métabolisé et éliminé.
On en tire alors les doses optimales à prendre et le rythme des prises.
Ainsi nos deux nouvelles antiprotéases ont vu leur développement préconisé sur la base de  trois prises par jour non pas matin, midi et soir, comme à l’habitude, mais le plus près possible d’une prise toutes les 8 heures. Et ceci formait les conditions de mise sur le marché et de prise en charge de la sécurité sociale. Mais depuis le lancement de ces deux molécules et malgré tous les efforts fournis par les patients, ces derniers ont fini par exprimer aux équipes d’éducation thérapeutique que cette prise toutes les 8 heures restait difficile et problématique surtout lorsqu’elle devait être liée à un repas ou à une collation plus ou moins riche en graisses.
D’autres études sont maintenant en cours et semblent montrer  que les traitements répartis en deux prises espacées de 12 heures ne sont pas moins efficaces. On avait déjà connu une telle évolution avec les traitements du VIH, cette simplification semblant mieux correspondre à « la vraie vie ».
Et les progrès de la médecine n’ayant justement de sens que s’ils rencontrent cette vraie vie, nous attendons avec impatience que cette nouvelle façon « de prendre soin »  soit officiellement enregistrée et devienne référence.
Les prochain congrès devraient amener leurs lots de confirmations et de validations d’une telle orientation.

Partager l'article

14111

Un commentaire sur “LES ANTPROTÉASES DANS LA VRAI VIE…

  1. Enfin…trop tard pour moi, mais enfin merci ! Le top du top….concilier prise de sang à jeun et battement d’une heure maxi pour prendre les médicaments AVEC du gras (la fameuse cuillère de N…lla par exemple !) pas simple cette époque, de grands moments de solitude encore au labo… »ce n’est pas que je veux passer avant les autres mais je dois manger pour prendre mon traitement »..pas trop tôt..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.