LE LABORATOIRE, LE MALADE, LA MALADIE…

LE LABORATOIRE POUR QUI LE MALADE COMPTE AUTANT QUE LA MALADIE…

C’est le slogan que l’on peut entendre actuellement sur les ondes. Et ce slogan est celui d’un laboratoire qui est un génériqueur de médicaments. A la première écoute on pourrait trouver le slogan intéressant mais à la deuxième écoute et en y réfléchissant ???

Qu’est ce qui transforme une personne en un malade, c’est bien sûr la maladie ! Il faudrait donc plutôt que ce laboratoire soit intéressé par l’être humain plutôt que par le malade, par sa famille plutôt que sa mutuelle, par ses émotions plutôt que son 100%.

Car le malade n’est rien d’autre qu’une cible commerciale, il faut lui vendre sa maladie et son traitement. Et qu’elle est cette idée stupide de comparer la maladie au malade, cela reviendrait à comparer un camion avec ce qu’il transporte. Ça n’a tout simplement aucun sens !

L’être humain, ses émotions, ses croyances et ses peurs qui s’en occupe ? N’est-ce pas la place des associations de patients ?

Qui mieux qu’un être humain peut comprendre un autre être humain ?

C’est ce que nous faisons à SOS Hépatites depuis 20 ans. Nous voulons brisons le silence de la vie et le silence du foie : « des malades parlent à des malades. »

Nous pourrions reprendre ce slogan en nous l’adaptant :

« SOS Hépatites, l’association pour qui le malade est aussi important que la maladie », mais nous nous voulons faire du patient un être humain sans maladie.

Etes-vous d’accord ?

Pascal Mélin

Partager l'article

116753

3 commentaires sur “LE LABORATOIRE, LE MALADE, LA MALADIE…

  1. tout à fais d’accord, j’aime bien aussi :

    Les malades parlent aux malades
    « SOS Hépatites, l’association (de patients) pour qui le malade est aussi important que la maladie »,(« Notre volonté », ou « Nos valeurs »,ou « Notre règle d’Or ») faire du patient un être humain sans maladie.

  2. Ce slogan, sous entend aussi que les autres labos prennent en compte que la maladie
    tous ne sont là que pour s’enrichir sur le dos de personnes déjà fragilisée, l’Europe absente, les labos tarifent leurs traitements pour chaque pays, tout est bien calculé en fonction de la richesse du pays.
    Leur priorité est de placer leur chimie.
    Ne soyons pas dupes !

  3. Oui mais non, même en le martelant comme ça, j’ai jamais été « une » malade, et je suis pas « une » malade et je serai jamais « une » malade, mais par contre j’ai été malade, je serai malade encore plein de fois, et je suis UNE PERSONNE. Allez, on y est presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.