J’AI ARRÊTÉ DE BOIRE ET MES TRANSAMINASES ONT ENCORE AUGMENTÉ, POURQUOI?

Voilà comment hier soir un malade est venu aboyer dans l’embrasure de mon bureau. Je venais faire des consultations d’addictologie au CSAPA et c’est un malade alcoolique en colère qui m’a fait sourire.

Son employeur a découvert il y a quelques mois que notre client avait un problème avec l’alcool. Son poste étant sensible, son employeur a exigé un arrêt de travail et le médecin du travail a été péremptoire : un contrôle de bilan hépatique par prise de sang chaque semaine et tant que tout le bilan ne sera pas normalisé, pas de reprise de poste.

Cela fait deux mois que le patient est abstinent, son bilan hépatique s’est lentement amélioré mais il semble que l’abstinence soit plutôt forcée qu’ heureuse. Le patient a toujours des pulsions envers l’alcool, alors pour contourner son craving il a choisi de faire du sport à outrance, on dirait même qu’il en devient addict (3 heures par jour). Et c’est là que l’on peut résoudre le mystère de son bilan hépatique.

Les transaminases sont essentiellement présentes dans le foie et leur augmentation signifie qu’il y a une souffrance du foie. Mais y a aussi des transaminases présentes dans les muscles et elles peuvent être élevées en cas de myopathie par exemple. En cas d’infarctus du myocarde, les transaminases aussi s’élèvent. Mais en cas de pratique sportive, si il y a des coups ou si les muscles sont mis à contribution de façon exagérée, alors les transaminases peuvent s’élever.

Et pour une fois il suffit d’arrêter le sport pour aller mieux, pas moral non ?

Donc on peut parler transaminases sans pour autant parler foie.

Pascal Mélin

Partager l'article

123674

Un commentaire sur “J’AI ARRÊTÉ DE BOIRE ET MES TRANSAMINASES ONT ENCORE AUGMENTÉ, POURQUOI?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.