DON DU SANG, LAISSER L’EFS FAIRE…

EFS, Etablissement Français du Sang

Vous avez surement remarqué qu’il n’y avait pas eu de blog hier, mardi !

Normal, c’était pour couvrir le mercredi 14 juin, qui est la Journée mondiale des donneurs de sang.

En France, on a pu compter jusqu’à 200 000 personnes contaminées de l’hépatite C par transfusion avant 1993.

Mais aujourd’hui, en 2017, le don de sang est sécurisé en France contre la syphilis, le virus HTLV (premier rétrovirus humain à avoir été découvert), l’hépatite B ou C et le VIH. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

On pourrait pour cette Journée mondiale, vous inciter à donner votre sang ou bien encore envoyer un selfie à un site de soutien. Mais avez-vous pris conscience que la transfusion est une greffe à part entière ?

Car cette année, la transfusion fête son 350ème anniversaire. C’est en 1667, le 15 juin, que Jean-Baptiste Denis réalise la première transfusion sanguine.

À cette époque, on ne connaît pas les groupes sanguins et il transfuse du sang de mouton à un jeune homme de 16 ans… et son état s’améliore.

Il faudra attendre 1900 et les travaux de Landsteiner pour que l’on découvre les groupes sanguins et c’est malheureusement la Première Guerre Mondiale qui permit l’essor et la promotion de la transfusion. Mais, il ne faudra que quelques années, pour qu’en 1910, le Dr Georges Woolsey décrive un cas de maladie post-transfusionnelle chez un New-yorkais de 54 ans. C’était un cas de paludisme transfusionnel !

Depuis, on a continuellement sécurisé les dons de sang contre bactéries, hépatite B, SIDA et hépatite C.

Mais, le sang est une greffe de tissus qui a sauvé des millions de vies. Je voudrais vous proposer de prendre un peu de recul et de réfléchir à la transfusion. Comme il n’y a pas de greffe de foie dans tous les pays, il n’y a pas non plus de transfusion partout !

En 2017, on estime que 8 personnes sur 10 n’ont pas accès à une transfusion sécurisée. Seuls 30 % des pays ont un service national de transfusion coordonné.

En Afrique, on déplore encore que 5 % des personnes contaminées par le VIH l’ont été par transfusion, car il n’y a pas de test sur les dons de sang. On compte en 2017, qu’il manque 6 millions de tests pour sécuriser les dons.

Alors, lors de cette journée mondiale, il est du devoir de tous les hépatants de dénoncer que la transfusion reste un mode de contamination pour le VIH, les hépatites…

Et nous dans les pays riches, nous nous grattons la tête devant les premiers cas d’hépatite E transfusionnelle et réfléchissons à la nécessité de rendre obligatoire la sérologie VHE de façon systématique chez tous les donneurs…

Cette journée est aussi dédiée à tous les porteurs d’hépatite virale contaminés par transfusion qui sont décédés de leurs complications avant que les traitements efficaces puissent les guérir. C’est aussi leur journée !

Pascal Mélin

Partager l'article

114121

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.