HÉPATITE C ET PARKINSON, VOUS Y CROYEZ ?

La rumeur courrait depuis plusieurs années : y a-t-il un lien entre hépatite C et maladie de Parkinson ?

C’est ce à quoi deux équipes ont tenté de répondre, deux équipes américaines qui ont présenté leurs résultats lors du dernier congrès américain AASLD 2017 (poster 891 et 972).

Pour répondre à cette question, il fallait des études sur une population importante.

La première équipe a réalisé une méta-analyse à partir de 5 études qui avaient analysé le risque de développer une maladie de Parkinson, si l’on était porteur de l’hépatite C.

La méta-analyse a porté sur 323 974 patients. Les 5 études montrent toutes un sur-risque de Parkinson en cas de portage du VHC. Le risque est en moyenne de 1,35 fois plus important.

La deuxième étude porte sur la cohorte administrative américaine, soit 345 052 patients porteurs d’hépatite C comparés pour l’occasion à 715 220 patients contrôles.

Là encore le risque est plus important et évalué à 1,62. Cependant, bien que les patients soient guéris ou non par interféron ou par AAD, il ne semblait pas y avoir une influence significative, le lien reste le même.

Ces deux études amènent plusieurs questions : on savait depuis longtemps que l’hépatite C pouvait aller se nicher dans le cerveau pour y modifier des choses, vision du monde ou dépression… Mais de là à imaginer que ce virus pourrait parfois induire la maladie de Parkinson, il y avait encore du chemin…

Mais attention, ce n’est pas parce que deux événements sont associés, qu’il y a un lien de causalité entre eux !

Deuxième réflexion : même s’il y a une guérison virologique, le risque de maladie de Parkinson semble persister… Voilà encore des découvertes qui plaident dans le sens de SOS Hépatites qui demande la surveillance au-delà de la guérison virologique…

On demande le droit à l’oubli, mais pas à l’ignorance !

Pascal Mélin

 

Partager l'article

116814

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.