DU NEXAVAR AU STIVARGA…

Demain, je serai en formation sur le cancer du foie…

Et je ne peux m’empêcher de me souvenir des phrases de ces patients emportés par un cancer du foie.

Demain, on va parler de forme histologique, de signature génétique, de séquençage etc, etc. Mais quelle place pour le patient et sa parole ?

Les laboratoires Bayer sont les leaders dans le cancer du foie. Il y a quelques années, ils ont cru dans le Sorafenib (Nexavar) chimiothérapie per os. Cette molécule destinée aux patients à un stade avancé de cancer du foie était un véritable miracle ! Quelqu’un s’intéressait au cancer du foie qui avait pourtant une si mauvaise réputation. Et là, pour la première fois, grâce au Sorafenib, on pouvait presque doubler le temps de vie restant aux personnes atteintes d’un cancer du foie dépassé.

Les laboratoires récidivent avec le Stivarga. Nouveau traitement, en prise orale également, ayant les mêmes indications. Mais son positionnement a une particularité ; il peut être utilisé après l’échec du Nexavar ! Car c’est là, un effet particulier des tumeurs, elles répondent à la chimiothérapie dans un premier temps, puis résistent, c’est alors le traitement de deuxième ligne !

Les choses semblent simples comme ça… Pourtant, écoutez cette histoire.

Un patient a pris du Nexavar pendant deux ans. Pendant deux ans, je lui ai expliqué l’importance de la prise journalière, matin et soir pour ne pas laisser une chance à sa tumeur !

Puis deux ans plus tard, je lui présente son nouveau traitement le Stivarga et je lui dis « Le traitement, c’est trois semaines sur quatre, votre corps a une semaine pour se remettre. »

Et la question tombait, cinglante, directe, froide et brutale comme la représentation d’un malade : « Mais docteur, depuis deux ans vous me dites qu’il ne faut pas laisser la tumeur se reposer ! »

Que la parole des malades est juste quand elle nous met en face de nos incohérences… Mais demain, je serai un médecin qui apprend…

Et lundi, j’espère être encore un médecin qui écoute.

Pascal Mélin

 

 

Partager l'article

121227

10 commentaires sur “DU NEXAVAR AU STIVARGA…

  1. Un médecin qui grandi avec ses expériences c’est cela la grandeur! Qu’elle belle leçon de rappel par ce patient lorsque que l’on a trop souvent la tête dans le guidon! Cela nous rappelle aussi que le temps limité pour son patient montre trop souvent que le soignant ne peut pas toujours répondre à tout ce qui entoure la pathologie. Cela me fait repenser que nous avons l’ETP pour palier à ce manquement et que la solution doit peut-être ressortir de ce petit coin du chapeau…
    Khaled

  2. Humainement parlant c’est une très bonne réponse. Pour ma part je prends du nexavar depuis quelques mois (un calvaire journalier et une torture). Aujourd’hui une éruption cutanée couvre tout mon corps et le Dr B. m’a dit par l’intermédiaire de la coordinatrice d’arrêter le traitement pendant une semaine. Ma réponse ne s’est pas fait attendre: je ne reprendrais plus ce traitement…

  3. Vous me faites peur, cela fait 4 semaines que je prends du NEXAVAR et à part des fatigues survenant à l’improviste, je ne constate pour l’instant aucun autre effet secondaire…..Dois-je m’attendre au pire dans les semaines qui viennent ? Merci.

    Daniel, le 18/05/2019 à 18 H 22.

  4. Mon petit frère est décédé il ya 2 mois suite à t on dit à un cancer du foie. Il a fait à peine 1mois de traitement au Sorafenib. Il avait de fortes douleurs abdominales et une fatigue prononcée. Mais je lis des témoignages de malades qui vivent plusieurs mois voire année avzc leur cancer du foie. J’aimerais bien que mon m’explique pourquoi il est parti si vite!!!

    1. Bonjour ma mère a commencé à prendre nexavar il y’a 3jours après un échec de sutent et les effets indésirables commence l’hypertension fatigue mal par tous pas d’apetit …….. voilà je suis très inquiète

  5. Bonjour
    J ai un ami très malade
    Le médecin a prescrit du nexavar 200.
    Prix excessivement cher,aider moi pour sa guérison si vous avez ce produit.
    Merci

  6. de juin 2013 a ce jour 2 avril 2020, j’ai pris Nexavar je l’appel «  » mon meilleur ennemi «  » (cancer du foie )

    oui je sait cela fait 6 ans j’en ai bavé perte de 12 kg, douleurs dans le ventre, des diarrhées à longueur de journées mais j’ai tenue.
    sincèrement ce ttt ma aidée , mais aujourdhui je baisse les bras .
    un nodule à cru bien faire en se mettant au poumon droit
    Alors mon professeur me propose Stivarga qui franchement est mon dernier espoir ( après des chimio-embolisation des radios-fréquence etc…) jamais je n’ai toiser ce cancer, j’ai juste fait en sorte de sympathiser avec lui .

    Et oui à chacun sa méthode

    merci de me lire M.B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.