CANCER DU FOIE : L’INÉGALITÉ DE L’OFFRE DE SOINS…

Le cancer du foie reste effroyable à l’échelon mondial, par ordre de fréquence il est le 5ème chez l’homme et le 7ème chez la femme et comme il est très peu guérissable, c’est la deuxième cause de décès par cancer dans le monde !

Les seules guérisons enregistrées le sont dans des pays riches.

Et pourtant à SOS Hépatites nous avons constaté des disparités en écoutant les témoignages de chacun des malades en région.

Les disparités régionales sont majeures et il n’y en a pas autant pour les autres cancers.

Dans le top 5 en France : sein, colon, prostate, poumon, ORL. Le cancer du foie a longtemps été le parent pauvre de la cancérologie mais en quelques années les progrès ont été fulgurant, accès à la greffe, la chimio-embolisation, les radiothérapies stréotaxiques, les chimios palliatives, l’amélioration des techniques de tumorectomie, etc…

Pourtant les plateaux techniques sont incomplets dans beaucoup de régions et c’est ce que dénonce SOS Hépatites. Même si nous comptons bien faire reculer l’hépatite C grâce à la campagne bruyante, il faudra encore plusieurs années avant de voir l’épidémie de cancer du foie reculer. Il est donc particulièrement important d’harmoniser les plateaux techniques.

Voici 3 cartes publiées dans la revue Hépatol en 2017 par le Dr Goutté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elles sont simples de lecture et montrent bien que ce n’est pas dans les régions où il y a le plus de cancers du foie que la survie est la meilleure . Le pourcentage des malades étant pris en charge dans un projet curatif varie de 10 % à 25%.

Voilà pourquoi je voulais commencer l’année 2019 par cette revendication.

Car faire du bruit contre l’hépatite C, c’est faire entendre également le cancer du foie.

#DUBRUITCONTRELHEPATITEC

Pascal Mélin

Partager l'article

121854

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.