J – 1 ?

Du 23 au 29 avril 2018 : 12e édition de la Semaine européenne de la vaccination

SOS Hépatites vous invite à participer individuellement et collectivement à la 12e édition de la Semaine européenne de la vaccination.

Les objectifs de cette Semaine sont :

– Rappeler à la population que la vaccination est la meilleure des protections contre certaines maladies infectieuses, et qu’il est important de se faire vacciner et de mettre à jour ses vaccinations,

– Améliorer la couverture vaccinale en renforçant la sensibilisation autour de la vaccination, du public, des professionnels de santé, des pouvoirs publics et des médias.

IL N’Y A PAS D’AGE POUR PENSER VACCINATION !   

SOS Hépatites vous informe, vous rassure et vous oriente.

Cette année 2018 en France, le thème de la Semaine est la vaccination du nourrisson dans le contexte de l’entrée en vigueur de l’extension des obligations vaccinales du nourrisson au 1er janvier 2018 (lien vers un autre article sur le sujet SOS Hépatites).

AGISSONS ENSEMBLE – A LIRE / A DECOUVRIR :

– Affiche avec le calendrier vaccinal simplifié ; brochure centrale « Comprendre la vaccination – Enfants, adolescents, adultes » ; dépliant de présentation du site internet « VaccinationInfoService.fr » ; plus d’information sur le site de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé)

– Site internet : vaccination-info-service.fr

– Page Prévention vaccination sur notre site :  soshepatites.org/la-vaccination

– Nos actions en région mises à jour régulièrement : ACTIONS EN REGION : A VOS AGENDAS 2018 !

Contactez-nous : 0 800 004 372

LES MALADES VOUS PARLENT : 

«Un traitement pour tous, une guérison pour chacun et une protection universelle»

 

 

UP ÇA VEUT DIRE VERS LE HAUT ?

Mais chez nous à SOS HÉPATITES
Ça veut dire UNIVERSITÉS de PRINTEMPS !

 

Ce week-end, plus de 40 militants de SOS hépatites vont se retrouver à Grenoble, pour les universités de printemps 2018. Pour nous, les UP c’est un temps pour regarder vers le haut et pour faire ensemble.

Les différentes associations régionales et les délégué(e)s pourront échanger leurs projets d’action et d’information.

Nous parlerons aussi de notre nouvelle campagne 2018 qui s’ouvre.
Mais, ce sera aussi l’espace de validation de nos axes de revendication et de proposition. Nous sommes en train de passer de l’hépatite C aux autres maladies du foie et en particulier au cancer du foie.

Mais, tout cela nécessite de fédérer et de rencontrer de nouveaux malades, tout en formant de nouveaux militants.

SOS Hépatites s’inscrit dans le partage et la diffusion d’information et de valeur.

Le Savoir est toujours la première étape vers la guérison.

Mais dès lundi nous serons là, pour vous faire vivre et partager la 12e semaine européenne de la vaccination.

Pascal Mélin.

 

ÉRADIQUER L’HÉPATITE C EN GARANTISSANT LES LIBERTÉS…

La France s’est fixé l’objectif de l’éradication de l’hépatite C, pour 2025. Pour arriver à ce but, nous allons devoir promouvoir le dépistage et l’accès aux soins, le plus largement possible.

Je présentais ce projet aux autres associations de patients européens lors de l’EASL, lorsque l’un d’entre eux me fit une remarque :
« Vous ne pourrez pas y arriver, car la première étape pour obtenir l’éradication virale C d’un pays, c’est de faire un registre des patients positifs, pour pouvoir les suivre et savoir ce qu’ils deviennent ! »

La phrase peut sembler choquante, mais c’est pourtant ce que les 9 pays qui se sont fixés le même objectif imaginent.

La France est le pays des droits de l’homme et la patrie de Voltaire et Hugo. Elle a toujours eu du mal à choisir entre la liberté individuelle et l’intérêt collectif. Même à l’époque où le VIH faisait beaucoup de ravages, il a toujours été refusé de faire un registre.

Dans l’hépatite C, il y a plus de 15 ans, deux expériences de registres ont été menées en Bourgogne et en Franche-Comté, mais elles se sont arrêtées.

La France fait donc le pari de réussir à éradiquer l’hépatite C sans passer par un registre, cela peut sembler fou, mais cela est possible, à condition de discipline et de cohérence entre les médecins, les associations représentant les malades, les politiques et les campagnes incitant au dépistage.

C’est dans cette voie que nous voulons aller.

 

Pascal Mélin

 

LIVRET « C MON TRAITEMENT »

Livret C Traiment

Mise à jour le 16 janvier 2017.

Tous les traitements contre l’hépatite C, disponibles et à venir :

Suite aux succès des dernières éditions, notre livret « C mon traitement » vient d’être remis à jour avec les dernières molécules pangénotypiques disponibles et à venir.

Retrouvez toutes les informations essentielles, les principaux effets indésirables, les interactions médicamenteuses et les options thérapeutiques pour le « retraitement » des personnes en échec d’un premier traitement par antiviral à action directe.

L’essentiel présenté par nos patients experts, en toute indépendance éditoriale.

 

DECOUVREZ NOTRE LIVRET

COMMANDEZ LE EN LIGNE

Consultez la Plateforme Hépatante :

TRAITEMENTS ET EFFETS INDESIRABLES HEPATITE C

 

SOS Hépatites vous remercie pour votre confiance !

 

 

 

EASL 2018 : SOS HÉPATITES BAT CAMPAGNE…

Nous sommes présents au congrès européen d’hépatologie qui se tient cette année à Paris.

À cette occasion, SOS Hépatites a voulu frapper fort et porter une fois de plus la parole des malades.

Nous étions présents et représentés dans les communications par poster, par l’équipe alsacienne.

Mais, ce jeudi 12 avril a débuté par une conférence de presse (dont vous pouvez retrouver le communiqué ici). Nous avions invité des partenaires comme l’AFEF et l’ANGH, pour parler de nos différents projets tels que le baromètre, les villes sans hépatites, la publication prochaine du livre blanc sur le traitement des populations vulnérables et l’engagement des patients guéris, qui disent : « Faites comme nous, dépistez-vous et guérissez ». Pour cela, SOS Hépatites a réalisé un film regroupant des témoignages.

Mais notre fierté, c’est notre arche compteur. Placé à un point stratégique du congrès, elle oblige les 10 000 congressistes à passer en dessous.

Pourquoi une arche avec un compteur ?

On entend dire régulièrement par les hépatologues : l’hépatite C, c’est fini.

Alors que, depuis la promulgation de l’éradication de l’hépatite C de France avant 2025, il va falloir rechercher les hépatites restantes. Nous avons tous les outils, les traitements puissants, efficaces et bien tolérés, les tests de dépistage simples et rapides et les équipes formées et compétentes. Nous entrons donc bien dans une nouvelle aire, celle de l’éradication !

Mais, si la maladie peut être contrôlée dans les pays riches, elle continue de progresser dans les pays pauvres.

Chaque année, on compte 1,75 million de nouvelles contaminations et 1,4 million de personnes guéris grâce au traitement (chiffres 2017). 2018 devrait être pour la première fois, l’année où les guérisons devraient être supérieures aux contaminations, mais à l’avantage des pays riches !

C’est ce que nous avons voulu rappeler avec notre arche compteur, dont le titre est très clair : nombre de nouvelles contaminations en temps réel, depuis le début du congrès : UNE NOUVELLE CONTAMINATION DANS LE MONDE TOUTE LES 20 SECONDES…

Voilà comment SOS Hépatites interpelle politiques et médecins, pour dire l’hépatite C, ce n’est pas fini !

Pascal Mélin

 

MARS-DÉCEMBRE : À VOS AGENDAS !

PROCHAINEMENT :
SOS hépatites Alsace-Lorraine  19 avril
SOS hépatites Occitanie 23, et 25 avril
SOS hépatites dans le Rhône-Alpes 20, 22, et 24 avril


SOS hépatites Alsace-Lorraine
3 avril : Action d’information et de prévention combinée à de l’orientation diagnostique par TROD VIH et VHC, sensibilisation sur la santé sexuelle, aux hépatites et maladies du foie auprès de jeunes relevant du dispositif « Garantie jeunes » du Centre Régional Information Jeunesse (CRIJ) de Mulhouse
4 et 11 avril : Actions d’orientation diagnostique par TROD VIH et VHC dans le cadre de la JNH pour les étudiants de l’IUT de Mulhouse
9 avril : Action d’information et de prévention combinée à de l’orientation diagnostique par TROD VIH et VHC au Service Universitaire de Médecine Préventive de Strasbourg (SUMPS)
19 avril : Sensibilisation des usagers du foyer d’hébergement Cernay à Mulhouse aux hépatites, santé sexuelle et maladies du foie combinées à des TROD VIH et VHC.
17 mai : Atelier de prévention sur la santé sexuelle au centre de santé mentale de Strasbourg relevant de l’Établissement Public de Santé d’Alsace Nord (EPSAN). Sensibilisation des usagers relevant de cette structure (adultes atteints de diverses pathologies psychiatriques en hospitalisation libre)
1er juin : Sensibilisation des usagers des Restos du cœur du centre Hautepierre à Strasbourg aux hépatites et maladies du foie par de l’orientation diagnostique via les TROD VIH et VHC et le Fibroscan
Facebook
Site internet
03 69 14 60 38 – alsace.lorraine@soshepatites.fr

SOS hépatites Bourgogne-Franche-Comté
– Le mois d’avril va démarrer en force chez SOS hépatites Bourgogne-Franche-Comté ! D’abord, on a trouvé un espace parfait pour organiser le Forum national SOS Hépatites. On peut d’ores et déjà vous dire, qu’il aura lieu les 22 et 23 novembre à Dijon. Le programme est en cours de construction, mais on vous concocte un Forum de qualité pour sa 20ème édition !
– Le projet « Corbigny, 1ère ville sans hépatites » (petite ville serait un terme plus exact) va démarrer. La presse locale parle déjà du projet, une page Facebook a été ouverte ici : Facebook « Corbigny, 1ère ville sans hépatites »
N’hésitez pas à liker et partager. C’est important pour nous, merci !!!
Le Pr Hillon du CHU de Dijon a accepté d’intervenir lors de notre réunion publique (date et lieu communiqués ultérieurement)

 

 

 

 

Facebook
03 80 42 97 39 – bourgogne.franchecomte@soshepatites.org

SOS hépatites Champagne-Ardenne
15 juin : YOZ et l’association vous invitent à la 9ème édition de son congrès Back to Basics. Les frais d’inscription et le repas sont gratuits.
Consultez le programme ! Inscrivez-vous !
Découvrez la newsletter Hep’Addict N°5
Abonnez-vous ICI
Facebook
03 24 26 68 95 – champagne.ardenne@soshepatites.org

SOS hépatites Guadeloupe
1er mars : L’assemblée générale ordinaire de l’association a reconduit le même CA et bureau.
– Les actions de 2018 seront essentiellement tournées vers l’information et l’incitation au dépistage et à la vaccination :

Axe « grand public » à partir de stands d’information sur des villages santé organisés par nos partenaires (ARS, Ligue contre le cancer, COREVIH, AIDES etc.)
Axe « professionnels de santé » : projet dépistage en médecine du travail avec AIDES et le COREVIH

10 mars : Présentation de l’association lors d’une réunion grand public sur de la prévention des cancers en Guadeloupe, organisée par une association médicale locale en marge de son congrès (Journées Antillaises de Cancérologie).

10 mars : Participation du Pr Moana Gelu (Chef de service de Gastro-entérologie au CHU de Pointe à Pitre et membre de l’AR) à l’émission locale 1,2,3 Santé sur la vaccination, 10 mars, (~ 6ème min)
19 mars : Participation à une réunion du groupe « prisons » COREVIH, créé dans le but d’améliorer l’information, le dépistage et la prise en charge des détenus.
Enfin concernant les résultats de l’enquête Santé publique France relatives aux connaissances des hépatites et recours au dépistage en Guadeloupe : 38,5 % contre 42,4% en métropole. Est-ce significatif ? Il est peut-être du même ordre que dans certains départements français.
Par ailleurs, le recours au dépistage de l’hépatite C est plus élevé en Guadeloupe versus la métropole (40.2% versus 19.7%), idem pour le dépistage de l’hépatite B (39.8% versus 15.2%) et pour la vaccination contre l’hépatite B.
Une explication certaine, Il y a 30 ans, la Guadeloupe faisait partie des zones de moyenne endémie pour l’hépatite B. Les médecins d’ici sont plus sensibilisés sur le sujet des hépatites. L’émission TV « 1,2,3 santé » diffusée chaque samedi midi est un bel exemple de sensibilisation de la population guadeloupéenne à la santé.
06 90 08 04 27 – guadeloupe@soshepatites.org

SOS hépatites en Occitanie
5 avril : Atelier ETP du CHU au local de SOS – VHC et prise en charge des situations sociales
10 avril : permanence à l’hôpital Saint Eloi, Montpellier, de 9h à 12h
– Retrouvez l’équipe à l’Accueil Santé Béziers tous les vendredis
Retrouvez-nous une fois par mois : permanence à la SAJE (SERVICE D’ACCUEIL DE JOUR DES EXCLUS) à Alès, de 9h à 12h.
– L’équipe intervient également une fois par mois en CAARUD à Montpellier (AXESS et La Boutik Réduire les Risques)
23 avril : Action aux Camions du Cœur, à destination de personnes en situation de grande précarité (logement en CHRS, en squat…) en partenariat avec le Réseau Hépatites LR
25 avril : Stand dans le cadre de la Semaine de la vaccination et intervention à la projection / débat organisée par le Centre Communal de Vaccination de Montpellier.
Facebook
06 45 69 69 72 – animateur.lrmp@soshepatites.org

SOS hépatites Paris Ile de France (PIF)
– AFRAVIH, Bordeaux, 4 au 7 avril 2018 : le 6 avril, communication orale dans le cadre de la session 21 sur les hépatites virales B et autres hépatopathies sur le programme d’ETP, chez des personnes nées en Afrique subsaharienne dépistées pour une hépatite B chronique, destiné à leur permettre de mieux connaître et vivre avec leur infection chronique portée par l’équipe du Dr Anne Simon, hôpital Pitié-Salpêtrière, l’INSERM et SOS hépatites PIF.
– Le prochain groupe de parole dédié aux HÉPATANTS B aura lieu le samedi 14 avril 2018 de 14h à 17h. Pour tout renseignement 06 68 60 39 14 !
06 68 60 39 14 – pif@soshepatites.org

SOS hépatites en Pays de la Loire
7 avril : l’association tiendra un stand d’information sur les hépatites virales, la vaccination et les maladies du foie à Ancenis à l’occasion de la 5ème grande journée de sensibilisation au don de moelle osseuse de l’association AVAV – Don de Vie (association Vivre Avec un grand V !). Sur le site d’Ancenis et sa région (20 agglomérations à la fois), les animations attirent de plus en plus de monde et grâce aux motards solidaires. Le jour-J et 4 et 5000 personnes se déplacent.
Programme : 10h Départ balade motos ; 10h30 Parade de voitures de collection ; 14h Balade side-cars, trikes et spyders avec des personnes malades ou porteuses de handicaps ; 14h30 Réunion-débat, 9h-18h Vide-grenier, sans parler du reste…
La réunion-débat à 14h30 : intervention de Mme Issarni, coordinatrice des greffes au CHU de Nantes, Pr Chevallier, médecin-greffeur au CHU de Nantes et témoignages de patients greffés et de donneurs.
De quoi passer une bonne et belle journée en famille, voire même pique-niquer en bord de Loire. Sinon la buvette et la restauration du site seront très heureux de vous accueillir !!!!

Organisation AVAV, renseignements 06 59 90 70 99, contact@avavdondevie.com, avavdondevie.com
Facebook
02 43 42 80 83 – paysdelaloire@soshepatites.org

SOS hépatites dans le Rhône-Alpes
– L’équipe de SOS hépatites Rhône-Alpes accueillera le réseau SOS Hépatites à Grenoble pour nos Universités de Printemps du 20 au 22 avril.
D’autre part, pour fêter les 20 ans de l’association régionale, nous lançons un appel à témoignages d’adhérents, anciens adhérents, partenaires, médecins qui nous ont soutenus dans nos actions afin de les compiler dans un recueil qui retracera la vie de notre association. Ces témoignages (quelques mots, quelques lignes ou plus) sont à envoyer à rhone-alpes@soshepatites.org

– L’association propose à tout porteur de maladie du foie le groupe de marche «Marchons, Papotons » 1 fois par mois pendant 2h, de 10h à 12h, au Parc de l’île d’amour à Meylan, Grenoble. Les objectifs du groupe sont de stimuler la reprise d’une activité physique et d’échanger pendant la marche dans un cadre convivial, dynamique et interactif.
Prochain rendez-vous «Marchons, Papotons» : le mardi 24 avril, contactez-nous !
Khaled 06 77 58 09 72 – khaled.fellouhe@soshepatites.org

 

LA FRANCE SANS HÉPATITE C, C’EST MAINTENANT !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
12 avril 2018
Version PDF

LA FRANCE SANS HÉPATITE C, C’EST MAINTENANT !

SOS hépatites lance un appel à la mobilisation générale

Faire de la France un laboratoire mondial de l’éradication du virus de l’hépatite C : c’est le pari fou de l’association de patients SOS Hépatites, lancé ce 12 avril à l’occasion du congrès européen de l’EASL, qui rassemble à Paris quelque 10 000 spécialistes des maladies du foie.

Paris, le 12 avril 2018 – Le gouvernement français a annoncé le 26 mars qu’il souhaitait « éliminer le virus de l’hépatite C (VHC) en France à l’horizon 2025 »[1]. L’association de patients SOS Hépatites se félicite que les pouvoirs publics partagent avec elle l’ambition d’éradiquer le VHC. Mais pour ceux que le virus menace silencieusement d’une cirrhose ou d’un cancer du foie, 2025, c’est loin ! C’est dès 2018 qu’il faut engager la dernière bataille contre le VHC.

Dans cette perspective, SOS Hépatites a donné ce 12 avril à Paris le coup d’envoi d’une grande campagne d’actions de terrain et de communication visant à « déminer la France » du virus de l’hépatite C, selon les termes de son président Pascal Mélin. Une campagne à laquelle sont appelés à participer les 120 000 patients déjà guéris, mais aussi les soignants, les pouvoirs publics, les acteurs économiques et sociaux et l’ensemble des citoyens, pour faire de la France un « laboratoire mondial » de l’éradication de l’hépatite C.

Repenser le dépistage

Depuis 2017, les traitements antiviraux à action directe sont enfin devenus accessibles en France à tous les patients infectés par le VHC, quel que soit le degré de sévérité de leur maladie. Ces traitements sont efficaces dans plus de 95 % des cas et, l’an dernier, 18 000 personnes ont pu accéder à la guérison. On estime aujourd’hui qu’il reste 110 000 personnes susceptibles d’être traitées dans l’Hexagone. Mais parmi elles, 75000 restent à dépister. Tout l’enjeu est donc de trouver ces 75 000 porteurs cachés.

Les patients guéris dans les dernières années en témoignent : une vie nouvelle commence pour tous ceux qui sont traités par les nouveaux traitements courts et bien tolérés… encore faut-il se prêter au dépistage.

Témoignage patients guéris sur notre chaîne YouTube

Quand ce sont les malades guéris qui en parlent, c’est que l’éradication est en marche !

Le gouvernement propose d’intensifier le dépistage ciblé auprès des publics les plus exposés, notamment à travers les actions dites “d’aller vers” pour aller au-devant des populations les plus éloignées du système de santé. C’est bien de le faire, et SOS Hépatites y contribue depuis de longues années, à travers ses multiples actions sur le terrain à destination des toxicomanes, des migrants, des prisonniers, des travailleurs du sexe, etc.[2]

Mais cela ne suffira pas ! Il est indispensable aujourd’hui de repenser le dépistage, et de ne pas le réserver aux seuls “publics exposés”. Pour trouver les 75 000 porteurs chroniques du virus non identifiés, SOS Hépatites prône une approche innovante : que les citoyens eux-mêmes s’approprient le dépistage à travers différents espaces sociaux.

Ces espaces sociaux sont multiples, comme en attestent les différentes expériences menées par SOS Hépatites et ses partenaires. Ici, dans le cadre d’un projet « Ma ville sans hépatites », dans lequel se sont déjà engagées des métropoles comme Strasbourg et Marseille, mais aussi des petites communes comme Corbigny (1 600 habitants), dans le Morvan, voire des villages comme Arreux, dans les Ardennes. Là, dans le cadre d’un hôpital : pourquoi ne pas imaginer des « hôpitaux sans hépatites », comme il y a des « hôpitaux sans tabac » ? Ailleurs, dans le cadre d’un cabinet médical, comme celui de la rue Paul Cézanne à Saint-Dizier (Haute-Marne). Ou encore dans celui d’une entreprise, d’une prison, d’un club de sport ou d’une maison de retraite.

Passer de la stigmatisation à l’engagement

Pour SOS Hépatites, cette appropriation par les citoyens d’une démarche de santé publique est la clé de la réussite du dépistage : on ne dépistera pas l’hépatite C parce que l’on fait partie de telle ou telle population à risques, mais parce qu’on fait partie d’un groupe qui a décidé de le faire. Ce faisant, on passe de la stigmatisation à l’engagement.

Les initiatives de ce type sont déjà nombreuses, et leurs résultats encourageants. Portées par des bénévoles, des professionnels de santé et des administrateurs d’espaces sociaux, elles s’appuient notamment sur des réunions de sensibilisation, des rendez-vous avec les populations vulnérables pour des dépistages rapides (TROD, tests d’orientation diagnostique), des incitations au dépistage de référence, avec le soutien de CeGIDD (centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic des infections par les virus de l’immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles), de laboratoires hospitaliers ou de ville, ainsi que sur  l’accompagnement des patients et familles concernés par une hépatite.

En 2017, la campagne « Savoir C guérir », lancée par SOS Hépatites et l’accélérateur culturel Culture Angels, a notamment permis de sensibiliser des milliers de personnes, en particulier des jeunes, à l’occasion de manifestations festives et de concerts de rock.

Car c’est bien « en faisant flèche de tout bois » que se gagnera la bataille du dépistage. Et en conjuguant les efforts de tous, des institutions nationales aux acteurs de terrain. Le soutien apporté le 12 avril par la Société française d’hépatologie (AFEF) et l’Association des hépato-gastroentérologues des hôpitaux généraux (ANGH) à la campagne de SOS Hépatites prouve que les soignants sont prêts à s’y investir aussi.

Ralentir les contaminations, accélérer les guérisons

Bâtie sur des valeurs de solidarité entre malades, SOS Hépatites veut aussi afficher sa solidarité avec les malades des autres pays. Toutes les 20 secondes, une nouvelle personne est infectée par le virus de l’hépatite C quelque part dans le monde. Symboliquement, l’association a installé un portique dans l’enceinte de l’EASL, décomptant en temps réel ces nouvelles contaminations afin de rappeler à chaque participant l’importance de l’enjeu.

Entre le début et la fin de l’EASL, en l’espace de 5 jours, plus de 20 000 nouveaux cas seront ainsi à déplorer. Éradiquer l’hépatite C, cette maladie chronique dont on peut guérir et qui demeure pourtant responsable de 400 000 décès annuels sur la planète, c’est ralentir le compteur des contaminations et accélérer le compteur des guérisons.

Un suivi fin grâce au Baromètre de l’éradication

Pour suivre l’évolution des actions contre l’hépatite C, Dr Pascal Mélin a participé, aux côtés du Dr Françoise Roudot-Thoraval, hépatologue au CHU Mondor, du Pr Victor De Ledinghen, hépatologue au CHU de Bordeaux et du Dr Marc Bourlière, hépatologue à l’hôpital Saint-Joseph de Marseille, à la création du « Baromètre de l’éradication de l’hépatite C ». Cet outil dynamique permet de suivre, mois après mois, l’évolution de l’éradication de l’hépatite C sur le territoire français.

Le Baromètre de l’éradication de l’hépatite C a permis d’évaluer à 18 236 le nombre de personnes guéries de l’hépatite C en France en 2017.

Entre le 1er janvier et le 1er avril 2018, 3 812 patients supplémentaires auraient débuté un traitement, ce qui correspond à 3 698 patients guéris.

On peut donc évaluer à 21 934 le nombre de personnes guéries de l’hépatite C en France depuis le début de l’année 2017. Il resterait 112416 patients à traiter. [3].

SOS Hépatites est né en 1996. Le réseau SOS Hépatites a pour but la prévention, l’information, la solidarité, la défense de toutes les personnes concernées par les hépatites virales, les maladies du foie, quels que soient les virus et les modes de contamination, ainsi que la promotion de la recherche.

Notre profession de foi : « Ecouter, Informer, Aider, Soutenir »

Notre slogan : « Un traitement pour tous, Une guérison pour chacun, Une protection universelle »

 

En savoir plus :

SOS Hépatites : Selly Sickout ǀ direction@soshepatites.org ǀ01 43 67 26 40  Nous suivre :  @SOS_hepatites ǀ http://www.soshepatites.org ǀ

Contact presse :

Frédérique Impennati ǀfimpennati@impennatiandco.com ǀ06 81 00 55 86

 

Avec le soutien institutionnel de 

 


[1] Mesure n° 15 du volet “Prévention” de la Stratégie nationale de santé : « Intensifier les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés pour contribuer à l’élimination du virus de l’hépatite C en France à l’horizon 2025. »
[2] Les actions de SOS Hépatites en région sont en ligne sur SOShepatites.org
[3] Ces chiffres sont provisoires, car les dernières semaines de mars reposent sur une estimation qu’il faudra réévaluer quand les chiffres seront consolidés.

EN AVRIL, JAMAIS SOS HÉPATITES NE SE DÉFILE…

En avril, tout s’accélère. Le printemps est toujours un moment d’effervescence pour SOS Hépatites.

En cette année 2018, l’hépatite C reculera dans les pays riches, alors que l’épidémie gagne toujours du terrain dans les pays pauvres.

Cette année, le gouvernement a rendu obligatoire la vaccination contre l’hépatite B chez tous les nourrissons.

Cette année aussi, en mars 2018, le Premier ministre a annoncé que la France serait le dixième pays au monde à se fixer l’éradication de l’hépatite C, comme l’objectif à atteindre en moins d’une décennie.

Pour la première fois de l’histoire, une épidémie mondiale est contrôlable par un traitement sans passer par un vaccin !

D’ailleurs, faut-il encore chercher un vaccin ?

C’est ce que nous apprendrons lors du congrès européen d’hépatologie EASL qui débute demain à Paris, on enchaîne ensuite avec la semaine européenne de la vaccination.

Pour finir ce mois d’avril, SOS Hépatites se réunira lors de ses traditionnelles Universités de Printemps à Grenoble, pour élaborer son programme d’action et définir ses nouvelles revendications à venir.

Mais ce jeudi 12 avril, SOS Hépatites tiendra en parallèle de l’EASL une conférence de presse et mènera des actions que nous vous dévoilerons au fur et à mesure.

Suivez-nous, ça va être hépatant

 

Pascal Mélin

 

L’HÉPATANTE N° 28 MARS 2018

ÉDITO : UN PRINTEMPS HÉPATANT

Il y a eu le printemps des peuples en 1848, le printemps de 1968 ou l’on criait « sous les pavés, la plage ! », le printemps arabe de 2011… Maintenant il y a le printemps hépatant où l’on répète « sous l’hépatite C, la guérison ! »

Le 26 mars, le volet prévention de la stratégie nationale de santé qui a retenu l’éradication de l’hépatite C parmi ses 25 propositions a été présenté.

L’accès possible aux traitements de l’hépatite C en pharmacie de ville est un véritable progrès pour les malades.

Nous avons également assisté au congrès des JFHOD 2018 qui a été riche d’enseignements.

En ce printemps, l’addictologie est mise à mal et il nous semble nécessaire de faire tribune à ceux qui dénoncent cette fragilisation.

Mais le printemps est devant nous, nous attendons le congrès européen d’hépatologie (EASL) qui se tiendra du 11 au 15 avril prochain à Paris.

A cette occasion SOS Hépatites dévoilera son projet national de campagne de dépistage et de communication pour 2018.

Fin avril, SOS Hépatites réalisera ses universités de printemps à Grenoble et participera à la Semaine de la vaccination du 23 au 29 avril 2018. Ensuite viendra la Journée nationale de lutte contre les hépatites virales (JNH) le 15 mai.

A tout ceux qui disent que les associations de patients du monde de l’hépatologie ne bougent pas nous leur répondons, suivez-nous ! Regardez notre printemps.

Les malades guéris de leur hépatite C veulent à leur tour appeler au dépistage pour éradiquer l’hépatite C de France le plus vite possible.

Mais nous voulons aussi défendre le dépistage de l’hépatite B, la vaccination contre l’hépatite B et l’accès aux soins des patients. Et nous commençons le combat contre les autres maladies du foie comme la NASH…
La lutte contre l’hépatite C doit nous amener à structurer nos actions, nos revendications sur les maladies du foie.

Il y a 50 ans mourrait Martin Luther King mais nous restons des rêveurs, nous sommes les dreamers de l’hépatologie et le temps nous donne raison.

Un traitement pour tous, une guérison pour chacun, une protection universelle.

Pascal Mélin, Président et co-fondateur de SOS hépatites Fédération

 

RETROUVER L’HÉPATANTE DE MARS

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE LETTRE MENSUELLE

 

 

JFHOD 2018

Les Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive se sont tenues du 22 au 25 mars dernier à Paris.

Il y avait des communications en cancérologie et en pathologie digestive, mais nous avons retenu pour vous, les meilleures communications en hépatologie.

La plus importante est probablement celle de Ohlmann Benoit : « le dépistage : la voie de l’éradication du VHC ».
Malgré la puissance des nouveaux traitements, le nombre de décès liés à l’hépatite C va augmenter jusqu’en 2021. Il est donc fondamental de savoir quelles sont les personnes les plus exposées à ces complications. A partir de deux enquêtes de l’INVS il apparait que les 60-80 ans sont la classe majoritaire (41,2 %)… Avec un traitement universel, il faut maintenant renforcer le dépistage chez les plus de 60 ans, pour éradiquer l’hépatite C.

Ensuite, vient la présentation de Domitille Erard-Poinsot de Lyon intitulé « greffon arrosé, greffon assassiné »
En reprenant les files actives de 4 centres français, 862 patients ont été transplantés pour une cirrhose éthylique (première cause de transplantation hépatique), 128 patients ont repris une consommation d’alcool, soit 15 %. La rechute survenait habituellement 1,5 ans après la greffe et le plus souvent, on aboutissait à une cirrhose qui décompensée l’année suivante, dans 90 % des cas. Au final, la mortalité à 5 ans est de 50 %. La prise en charge addictologique post-greffe est donc au premier plan.

Encore l’alcool avec le Dr Legros de l’équipe de Rennes « Diagnostic non invasif de la fibrose hépatique par élastométrie impulsionnelle au cours du sevrage alcoolique ».
La maladie alcoolique du foie est la principale cause de cirrhose en France. Cette étude multicentrique consistait à inclure des patients en sevrage avec des transaminases élevées, mais sans cirrhoses évidentes, la biopsie était réalisée avec un fibroscan. L’étude a portée sur 152 patients, à la biopsie 24 avaient une cirrhose (F4), 13 étaient F3 et 115 F0/F1/F2. L’élastométrie permet d’éliminer une cirrhose avec un seuil à 13,3 KPA et d’affirmer une fibrose sévère pour un seuil à 26,6 KPA.

La cohorte CirVir continue de nous donner des informations passionnantes, c’est ce qu’a rapporté Audureau portant sur 1 253 patients cirrhotiques. Et bien en cas de cirrhose lié à l’hépatite C, savez-vous quels sont les facteurs prédictifs d’un cancer du foie ? En premier vient le critère de répondeur virologique ou non, puis la présence d’alcool ou non, le taux d’alpha-foetoprotéine et le taux de plaquettes.

Les avancées sont majeures, mais nous continuerons de vous donner les prochaines au congrès européen.

IL ETAIT UN FOIE : CRISE ET ÉNIGMES D’UN ORGANE HÉPATANT

Revoilà Jean-Louis Payen, probablement le plus littéraire de tous nos hépatologues français.

Il avait, il y a quelques années, écrit un formidable ouvrage sur l’histoire de la jaunisse à travers les âges.

Il récidive chez EDP sciences dans la collection « bulle de sciences » avec son livre « Il était un Foie : crise et énigmes d’un organe hépatant », 16 euros.

Qu’il est joli cet adjectif « Hépatant » qui a été inventé par les malades et qu’il est agréable de le voir repris en couverture d’un livre.

Jean-Louis Payen dans ce livre va des fonctions du foie, de la façon de l’analyser par biopsie ou non.

Il évoque les différents virus mais aussi les principales maladies du foie. Il va même jusqu’à parler de la greffe et des problèmes éthiques qu’elle pose.

Bref un livre qui répondra à toutes les questions qu’un malade se pose avant de devenir un hépatant.

Mais c’est aussi un livre à mettre dans toutes les mains et en particulier dans celle de l’entourage.