L’HÉPATANTE N°10 – JOURNÉE MONDIALE DES HÉPATITE JUILLET 2016

Édito : I HAVE A DREAM…

Qui étaient ces deux personnes dont j’ai rêvé ?

Personne ne se souvient d’elles. Et demain, ce sera le 28 juillet, ça vous dit quelque chose ? La fin du Tour de France peut-être, bientôt les JO ou alors si vous préférez une référence historique l’anniversaire de la bataille du Pont d’Arcolle ou encore l’exécution de Robespierre ? Et bien oui, mais pas seulement ! C’est surtout la Journée Mondiale de lutte contre les hépatites virales, l’une des rares journées reconnue et validée par l’OMS.

Chaque pays avait déjà plus ou moins instauré sa propre journée de mobilisation, en France, elle est en mai. L’ensemble des pays constituant l’OMS a retenu le 28 juillet pour tout le monde afin que les actions et les paroles fassent écho le même jour.

Le 28 juillet, pour rappeler que 2 milliards d’individus ont contracté l’hépatite B et 450 millions vivent chroniquement avec, 170 millions avec l’hépatite C.

Le 28 juillet, pour rappeler que chaque année, ce sont 1,4 million de personnes dans le monde qui meurent d’hépatites, que seulement 1 % des malades ont accès au traitement, qu’il y a 10 millions de contaminations nouvelles chaque année.

Le 28 juillet encore, pour ne pas oublier que chaque année les seringues usagées contaminent 2 millions de personnes et plus souvent des malades que des usagers de drogues.
Le 28 juillet, pour rappeler que seulement 5 % des personnes infectées le savent.
Le 28 juillet, pour exiger la vaccination universelle des nourrissons contre l’hépatite B. Mais, ce 28 juillet 2016 signe le projet du lancement NOhep 2030… qui lance le pari d’éradiquer les hépatites de la planète d’ici 2030, en organisant les soins et la prévention dans tous les pays. À partir de demain, nous devrons porter un regard différent sur les épidémies d’hépatites virales, car oui, NOhep c’est possible !

Oui, j’ai fait un rêve ! J’ai rêvé que je rencontrais les dernières personnes porteuses d’hépatites. Quand j’en avais parlé à Biarritz en 2009 au congrès THS (Toxicomanie-hépatites-sida, ndlr), les gens dans la salle souriaient poliment aux élucubrations de ce fou…

Mais aujourd’hui, NOhep c’est possible…

Nous avons voulu interroger les acteurs incontournables des hépatites, professeurs, soignants pour qu’ils nous donnent leur avis sur ce projet NO Hep, mais aussi pour avoir leur point de vue en général.

Au fait, savez-vous qui étaient les personnes sur la photo ? Les deux dernières personnes à avoir contracté la variole en 1975 et 1977 : Rahima Banu et Ali Maow Maalin.

Un jour, on fera une photo des derniers malades porteurs d’hépatite virale….

I HAVE A DREAM… NO HEP… WE CAN DO IT !

 

Pascal Mélin, Président de SOS hépatites fédération

 

RETROUVER L’HEPATANTE DU MOIS DE MAI ICI

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE LETTRE MENSUELLE

 RETROUVEZ LA NESLETTER N°10 EN VERSION PDF ICI

 

 

28 JUILLET MERCI À TOUS….

TRODDY MERCI
Troddy la marmotte, qui est la mascotte de SOS Hépatites, se joint à moi pour vous dire un grand merci. Merci pour votre engagement en cette difficile journée de vacances 2016. Le programme NO-HEP est maintenant lancé et le pari est pris d’éradiquer l’hépatite C grâce à un traitement efficace et l’hépatite B grâce à un vaccin et cela pour 2030…

Mais pour arriver à cet objectif nous attendrons en France la publication de la deuxième vague de l’accès universel au traitement de l’hépatite C qui nous a été promis pour septembre.

Avec Troddy nous veillons au grain et nous n’hibernerons pas sans décision politique. Mais la France, même si elle est relativement avancée dans la lutte contre les hépatites virales doit reprendre les revendications internationales. C’est ce que nous faisons en reprenant trois revendications fortes :

1/ la nécessité d’obtenir une sécurité transfusionnelle contre l’hépatite B et C mais aussi le VIH. Cela peut nous sembler ridicule en France pourtant, il persiste des pays qui pratiquent la transfusion mais qui n’ont pas les moyens de tester toutes les poches de sang pour les sécuriser, ce qui génère donc de nouvelles contaminations.

2/ La vaccination contre l’hépatite B à la naissance pour tous les nourrissons et dans tous les pays. Attendre 6 mois pour débuter la vaccination est un frein dans de nombreux pays.

3/ L’accès mondial à des seringues à usage unique et pas uniquement pour les usagers de drogue. Chaque année ce sont 2 millions de personnes qui se contaminent par la réutilisation de seringues. Il existe encore des pays ou dans les hôpitaux on peut trouver le métier de « ré-aiguiseur d’aiguilles » ce qui prouve bien la réutilisation du matériel. Usagers de drogue et soignants même combat universel : une seringue, une injection, un patient.

Si on applique le plan NO-HEP ce sont 7,1 millions de vie que l’on pourra sauver.

Alors on commence ?

Pascal Mélin

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LES HÉPATITES VIRALES

 

 

                                                              Communiqué de Presse

 

28 juillet 2016 –  Journée Mondiale de lutte contre les hépatites virales

De l’universel au mondial…

Le 25 mai dernier, la journée de lutte contre les hépatites virales n’était encore que nationale et non mondiale comme en ce 28 juillet. Pourtant,  la Ministre des Affaires sociales et de la Santé nous annonçait un accès universel pour tous les malades porteurs d’hépatite C en France.

Ce 28 juillet 2016,  la journée mondiale nous invite à réfléchir sur la mise en place des solidarités Nord /Sud. Si le VIH compte 37 millions de personnes infectées, l’hépatite B en compte près de 10 fois plus soit 350 millions. 170 millions de personnes sont infectées par l’hépatite C. Dans le monde, 1 personne sur 12 est infectée par une hépatite B ou C.         Ces deux hépatites virales sont responsables de 1,4 millions de morts par an et constituent la 7ème cause de mortalité au monde. Chaque année on dénombre 10 millions de nouvelles contaminations.   

Le contrôle de ces deux épidémies est maintenant possible avec un vaccin puissant, efficace et sûr contre l’hépatite B et des nouveaux traitements contre l’hépatite C permettant d’obtenir 95% de guérison par la prise d’un comprimé par jour pendant 3 mois. Dans ce contexte, la WHA (World Hépatitis Alliance dont sos hépatites est membre) propose la mise en place du programme NO-HEP qui vise à faire disparaître les hépatites virales en 2030.

Des enjeux majeurs

Le dépistage des personnes non diagnostiquées constitue un enjeu majeur car la majorité des malades infectés dans le monde ne le savent pas. En France, 50 % des personnes concernées ignorent leur statut.  De nouvelles stratégies associant le dépistage classique et l’utilisation de test rapide d’orientation au diagnostic (TROD) contre l’hépatite B et C  constituent de véritables bénéfices individuels et collectifs pour faciliter  la prise en charge précoce des malades, limiter les transmissions, proposer une vaccination contre l’hépatite B aux personnes n’ayant jamais eu de contact avec le virus.

En France, l’avis  récent de la Haute Autorité de Santé concernant l’hépatite B constitue une avancée significative,       cependant les arrêtés permettant l’utilisation des TROD VHC par les associations se font toujours attendre…

Les prix des nouveaux traitements innovants présentent également -au Nord comme au Sud- un frein majeur  : aujourd’hui pour l’accès aux traitements contre l’hépatite C, demain pour les nouveaux médicaments d’immunothérapie contre le cancer du foie , après demain pour les traitements curatifs tant attendus contre l’hépatite B.

 

NO-HEP c’est possible mais les  leaders internationaux doivent aussi réinventer une nouvelle organisation de la prise en charge permettant de proposer des traitements contre les hépatites B et C à toutes et tous.

NO-HEP c’est possible par la complémentarité entre une offre de dépistage variée, des traitements et une vaccination universels. Le contrôle des maladies infectieuses reposent sur ce trio gagnant ; les  recherches concernant le vaccin contre l’hépatite C ne doivent pas être négligées.

3 Propositions de SOS Hépatites

SOS Hépatites propose dès à présent  les 3 actions suivantes :

  1. La mondialisation du dépistage des produits sanguins pour éviter  toute contamination transfusionnelle
  2. La vaccination universelle contre l’hépatite B de tous les nouveaux nés dès la naissance et le dépistage de toutes les femmes enceintes au 3ème mois de la grossesse.
  3. L’accès universel à des seringues propres à usage unique.

Les seringues à multi usage et sans stérilisation efficace provoquent  2 millions de contaminations par le virus de    l’hépatite C chaque année. Ce sont majoritairement des soignants et non des toxicomanes qui sont responsables de ces nouvelles contaminations au niveau mondial.

Contacts Presse

Pascal Mélin, Président de SOS Hépatites Fédération                07 85 62 91 69

Frédéric Chaffraix, Vice-Président de SOS Hépatites Fédération      06 62 80 53 74

 

« UN TRAITEMENT POUR TOUS, UNE GUERISON POUR CHACUN ET UNE PROTECTION UNIVERSELLE »

Découvrez la brochure « Les hépatites B et C… et nous, tout le monde peut être concerné » en

HEP B ET C_ProméthéeAlbanais, Allemand,

AnglaisArabe,

Arménien, Chinois,

Espagnol, Français,

Géorgien, Italien,

Macédonien, Mongol,

Farsi, Polonais,

Portugais, Roumain,

Russe, Serbo-croate,

Thaïlandais et Turc.

Cette brochure est le fruit d’un travail collectif, mené par des groupes ‘publics’ et ‘professionnels’ sous la coordination de Prométhée, Réseau des Hépatites en Isère.

 

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LES HÉPATITES VIRALES – ACTIONS DE SOS HÉPATITES

 

NE PAS RATER :

RDVLe rendez-vous du dimanche 28 août, de  SOS hépatites :

  • Le dimanche 28 août : journée ‘Risques Tatouage et Piercing’ à Baillif.

 

TOUTES LES DATES :

EN FRANCE

ALSACE-LORRAINE 03 88 24 26 01 alsace@soshepatites.org, site internet SOS hépatites Alsace Lorraine, Facebook

Mulhouse_Vitarue 2016-07-10

Les dimanches 10 et 24 juillet : participation à l’animation « Vitarue » à Mulhouse, découverte des Hépatites Virales à travers la confection d’un pantin pour les plus petits et du jeu de l’oie « Hépat’oie, épate moi » pour les plus grands.

 

Mulhouse_Vitarue _2015-07-26

Le jeudi 28 juillet :

– Permanence à la Maison des Usagers de l’Hôpital Emile Muller de Mulhouse.

– Sollicitation de la ville de Strasbourg pour sensibiliser les concitoyens et touristes à la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites via les panneaux d’information.

BOURGOGNE 03 80 42 97 39 bourgogne@soshepatites.org, Facebook SOS hépatites Bourgogne

Le jeudi 28 juillet : sollicitation des villes de Bourgogne et Franche-Comté pour sensibiliser les concitoyens et touristes à la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites via les panneaux d’information.

CENTRE VAL-DE-LOIRE 02 38 59 38 85 centre.vl@soshepatites.org

CHAMPAGNE-ARDENNE  03 24 26 68 95 champagne.ardenne@soshepatites.org

Le jeudi 28 juillet : sollicitation des villes de Charleville-Mézières, Revin, Sedan et Vouziers pour sensibiliser les concitoyens et touristes à la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites via les panneaux d’information.

GUADELOUPE  05 90 94 39 62 guadeloupe@soshepatites.org, site internet SOS hépatites Guadeloupe

Le dimanche 3 juillet : évènement ‘Marche de l’espoir’ au complexe sportif « Palais Royal », stand ‘Information & Prevention’, ville des Abymes.

Le jeudi 28 juillet : stand ‘Information & Prevention’ au Centre Hospitalier de la Basse Terre.

Le vendredi 29 juillet : stand ‘Information & Prevention’ au Centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre.

Le dimanche 28 août : journée ‘Risques Tatouage et Piercing’ à Baillif.RDV

LANGUEDOC-ROUSSILLON – MIDI-PYRENEES 06 37 04 89 32 languedoc.roussillon@soshepatites.org, 06 41 00 02 30  haute.garonne@soshepatites.org

NORD-PAS-DE-CALAIS 03 21 72 35 28 npdc@soshepatites.org

PARIS ILE-DE-FRANCE 06 68 60 39 14 pif@soshepatites.org

RDV SANTE AFRICA N°1 2016 - SIE

Le mercredi 13 juillet : Sié Dionou, médiateur de santé publique à SOS Hépatites PIF, ingénieur en recherche à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, invité de l’émission « LES RENDEZ VOUS SANTÉ » sur le sujet ‘Santé publique France : Les hépatites B et C’. Consultez l’article & le Podcast !

Le jeudi 28 juillet : sollicitation de la ville de Paris pour sensibiliser les concitoyens et touristes à la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites via les panneaux d’information.

PAYS-DE-LA-LOIRE  0 800 096 696 paysdelaloire@soshepatites.org, Facebook SOS hépatites Pays de la Loire

Le mercredi 27 juillet : porte ouverte « information et sensibilisation aux hépatites » au local de l’association, 17 rue de Jérusalem à Angers, de 10h30 à 16h30.

La semaine du jeudi 28 juillet : campagne d’information « LES HEPATITES » sur les réseaux sociaux.

PROVENCE-ALPES-COTE-D’AZUR  06 31 41 21 02 paca@soshepatites.org, Facebook SOS hépatites Provence-Alpes-Côte d’Azur Corse

Le vendredi 22 juillet : tenue de stand dans le hall de l’hôpital Saint Joseph à Marseille, de 10h à 17h. Du shiatsu, discipline énergétique de relaxation et de mieux-être, sera proposé gracieusement pendant cette journée. Consultez l’invitation !

RHÔNE-ALPES  06 33 14 68 65 rhone-alpes@soshepatites.org

Le jeudi 28 juillet : sollicitation de la ville de Moirans pour sensibiliser les concitoyens et touristes à la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites via les panneaux d’information.

 

EN EUROPE

SOS hépatites PORTUGAL  00 351 218 515 441 soshepatitesportugal@gmail.com, site internet SOS hépatites Portugal, Facebook

 

DANS LE MONDE

SOS hépatites ALGERIE 00 213 21 71 40 84 soshepatites-algerie@hotmail.fr

CÔTE D’IVOIRE

SOS EJA Internationale, association de lutte contre les Hépatites, membre du Réseau UNICO 00 225 09 65 09 23 ou 00 225 79 69 56 55 soseja2015@gmail.com ou unico.siege@gmail.com, Facebook SOS EJA Internationale.

Le mardi 26 juillet : formation de 24 ONG sur les « Hepatites Virales » au siège de Médecins du Monde à Abidjan, quartier Cocody les 2 Plateaux, de 8h30 à 17 h. De 12h à 13h, ce même jour, conférence de presse pour sensibiliser le grand public aux hépatites, leur dépistage, traitement, la vaccination et le futur.

Le vendredi 29 juillet : journée d’information destinée à des entreprises à Abidjan dans la commune de Cocody.

Le samedi 30 juillet : participation au village associatif qui se déroulera à Abidjan dans la commune de Cocody. Organisation d’une collecte de sang avec le soutien technique du centre national de transfusion sanguine.

MAROC

SOS hépatites MAROC jamdriss@gmail.com

ALCH, Association de Lutte Contre les Hépatites 00 212 6 54 03 18 53 contact@alch.ma, site internet ALCH

Jeudi 28 juillet : Rencontre scientifique et citoyenne sur le thème « Assez de souffrances, les traitements existent contre cette épidémie silencieuse » à la villa des arts de Rabat organisée par l’ALCH et la Fondation ONA (Villa des Arts de Rabat) en collaboration avec le Ministère de la Santé, l’Organisation Mondiale de la Santé et International Treatment Preparedness Coalition Maroc, Consultez le communiqué de presse !

SOS hépatites TUNISIE 00 216 94 088 715 ou 00 216 98 911 281 sos.hepatite.tunisie@gmail.com, Facebook SOS hépatites Tunisie

SOS hépatites MALI  00 223 78 80 45 72 ou 00 223 66 92 68 47 malisoshepatites@gmail.com

À DEUX JOURS DU 28 JUILLET…

RÊVES

La journée mondiale de lutte contre les hépatites virales, un vingt-huit juillet et tout ça, parce que c’est la date anniversaire de Blumberg mais pourquoi pas Sogni, Poynard, Doffoel ou Marcellin, je suis sûr que cela aurait pu mieux tomber… Mais Blumberg reste le découvreur de l’hépatite B, excusez du peu. Difficile de faire des actions en France ce 28 juillet, moi :

  • Je rêverai sur les côtes du sud d’un avion au-dessus des plages avec une banderole pour dire où on pourrait se faire dépister.
  • Je rêverai d’un pique-nique de malades au Trocadéro.
  • Je rêverai d’un défilé main dans la main entre malades et personnes guéris avec chacun un tee-shirt « j’ai l’hépatite » ou « je ne l’ai plus ».
  • Je rêverai d’une banderole devant la flamme du soldat inconnu où il serait noté « à la mémoire du cirrhotique inconnu »
  • je rêverai d’un escaladeur de ville qui grimperait sur des immeubles avant de déployer une banderole « 28 juillet hépatites faites-vous dépister »
  • je rêverai que l’on distribue des brassards notés « j’ai une hépatite » et que les gens les portent une journée entière pour qu’il ne soit plus choquant de dire, je suis malade.
  • Je rêverai d’une annonce sur le fronton de l’Assemblée nationale « on est député, on vous représente, nous sommes tous vaccinés contre l’hépatite B ».
  • Je rêverai de voir mon ordinateur s’ouvrir sur Google qui me dirait « 28 juillet les hépatites et vous ? »
  • Je rêverai que BFM tv passe en boucle sur son bandeau d’annonce des messages de prévention.

Tout ça c’était 2016… et c’est dans 2 jours.

Et SOS avec ses faibles moyens a déjà commencé des actions de terrain comme à Marseille.

Mais pour 2017, Madame la Ministre de la Santé, monsieur le Président de la République, vous ne voudriez pas faire de la lutte contre les hépatites virales la grande cause nationale de l’année ?

Allez, faites nous rêver, c’est possible

Pascal Mélin

LA MORT ET L’ÉMOTION…

DEUILUn triste sujet dans notre actualité.

Pourquoi la plupart d’entre nous ne s’émeut pas lorsqu’on évoque 1,4 millions de personnes qui meurent chaque année à cause des hépatites virales, alors que l’émotion submerge le pays pour 84 personnes tuées à Nice.

Un de mes professeurs nous avait dit un jour que : « l’émotion liée à la mort est fonction du nombre de morts par mètre carré, par unité de temps, multiplié par la distance qui vous sépare de cet accident, pondéré du lien affectif qui vous unit aux décédés et de leurs âges ».

Pourquoi la plupart d’entre nous ne s’émeut pas lorsqu’on évoque 1,4 millions de personnes qui meurent chaque année à cause des hépatites virales, alors que l’émotion submerge le pays pour 84 personnes tuées à Nice. Mon voisin meurt, je suis donc très touché par contre la mort de quelqu’un qui habite à l’autre bout de la ville me touche moins. 4 000 morts liés aux hépatites virales et répartis sur l’année ont moins de poids émotionnel que le crash d’un avion de 450 places dans le sud de la France. Et cet avion a plus d’importance s’il s’écrase en France plutôt qu’en Égypte, à moins qu’il s’agisse d’un avion d’une compagnie française ou qui contenait des ressortissants français. On parle plus des inondations en France que des dégâts qui sont faits en chine, à moins qu’il génère 400 morts pour que cela nous touchent alors. Il faut un tsunami à l’autre bout du monde, ou une centrale nucléaire en difficulté pour générer de l’émotion.
Le décès de Michael Jackson est plus émotionnant que les décès liés à une guerre civile en Afrique. Il est normal de mourir quand on est une personne âgée sauf quand ce sont vos parents. L’atteinte des enfants génère à coup sûr de l’émotion. Pour que les décès de personnes âgées nous touchent, il faut alors que cela soit sur une période courte comme l’effet d’une canicule.
L’émotion liée à la mort est fonction du nombre de morts par mètre carré par unité de temps multiplié par la distance qui vous sépare de cet accident pondéré du lien affectif qui vous unit aux décédés et de leurs âges.

À la veille du 28 juillet et de la journée mondiale de lutte contre les hépatites virales, il faut se souvenir de tels concepts pour améliorer la communication, car tout le monde connaît autour de lui une personne infectée par une hépatite B ou C.

Pascal Mélin

DERRIÈRE LE RELAIS MÉTHADONE IL Y A QUOI ?

CONSULTATION MEDICALE

La semaine dernière, lors de la consultation d’addictologie, j’accueillais une jeune femme pour un relais méthadone. En effet, elle était venue dans notre région pour un travail saisonnier. Mais comme tout patient sous traitement par méthadone, les ordonnances doivent être refaites tous les 14 jours dans le cadre d’une consultation médicale. C’est ainsi que je faisais connaissance avec Martine.

L’ordonnance faite et les papiers habituels remplis, je lui demandais comment elle allait, elle m’expliqua alors que le travail était dur et qu’elle se sentait fatiguée et n’arrivait pas à récupérer. Je lui demandais alors si elle avait été dépistée contre l’hépatite B et C ainsi que le VIH. Elle m’expliqua que tout était négatif, mais qu’elle n’avait pas été vaccinée contre l’hépatite B. Je continuais dans les questions en lui demandant si elle avait déjà injecté des produits… Elle hésita avant de me répondre oui, il n’y a pas longtemps…

En reprenant l’histoire, Martine avait bien injecté des drogues 3 semaines avant de venir faire sa saison. Mais comme beaucoup d’usagers, elle ne savait pas s’injecter. C’est donc un ancien (porteur d’hépatite C) qui lui a réalisé son premier shoot. Mais Martine a fait attention d’utiliser du matériel propre et stérile comme on lui avait expliqué lors des ateliers RDR du centre méthadone…
Mais aujourd’hui, ce qu’elle me décrivait avait toute ressemblance avec une hépatite C aigue : fatigue nouvelle, perte d’appétit, vomissement amaigrissement…Nous avons rapidement réalisé un bilan biologique et virologique, mais je ne serai pas surpris que Martine vienne de se contaminer par le virus de l’hépatite C.

C’est souvent lors des premiers shoots initiatiques que les usagers de drogue se contaminent même s’il n’y a pas de véritables échanges de matériels, l’initiateur peut avoir du sang infecté sur les mains et ainsi transmettre le virus lors de l’injection.

L’éducation préventive à la première injection est un concept et un programme difficile à tenir…

Il est peut-être plus simple de traiter tous les usagers porteurs du VHC pour éviter sa dissémination…

 

Pascal Mélin

SAUVEZ-MOI, JE SUIS PORTEUR D’UNE HEPATITE B ET INFECTE PAR UN MUTANT PRESSE…

 CVIRUS MUTANTS’était une consultation qui s’est déroulée il y a quelques années. C’était un homme d’une cinquantaine d’années qui s’est présenté à ma consultation en me déclarant : « docteur, il faut me sauver. Il faut absolument me donner un traitement car mon hépatite B est grave et va me tuer… Le précédent docteur que j’ai vu n’a pas voulu me traiter et m’a indiqué que j’étais infecté par un mutant pressé ». C’est alors que j’ai compris l’angoisse de celui qui était en face de moi. Le corps médical lui avait dit qu’il était porteur d’une hépatite B chronique avec un mutation en situation pré-C. Et le malade avait compris lui en phonétique qu’il était infecté par un virus mutant pré-C. Vous pensez que c’est là une histoire de chasse, et bien non, car c’est histoire qui s’est répétée de multiples fois ? Interrogez les hépatologues, ils vous diront l’avoir déjà vécu.

Un mutant, ça vous évoque quoi ?

Un monstre sorti directement d’un film de science-fiction ? Et un virus mutant, encore plus fou non ? Un virus mutant est dans l’inconscient collectif un virus plus agressif, plus transmissible et plus contagieux. On n’imagine pas qu’un virus mutant puisse s’être simplement adapté en se multipliant certes, mais dans de moins bonnes conditions. Le génome du virus (son chromosome) comporte une partie que l’on nomme C. On parle de virus mutant pré-C quand une mutation acquise dans cette région permet au virus de se multiplier et ce malgré la production d’anticorps. Le virus mute pour s’adapter ! Pour s’adapter à la pression immunitaire de son hôte.

Il est donc surprenant drôle et triste à la fois que les mêmes mots ne raisonnent pas de la même façon dans la tête d’un malade ou d’un médecin. D’autres malades ont entendu qu’ils étaient infectés par un virus pré-C. Ils sont donc venus voir leur médecin et leur ont demandé de vérifier par prise de sang si leur virus de l’hépatite B ne s’était pas encore transformé en virus de l’hépatite C.

Nous n’entendons décidément pas les mêmes choses… Mais plus que jamais il faut se parler…

Pascal Mélin

CÔTÉ VO, IL Y A DU NOUVEAU ?

BOUCHON CIRCULATIONJ’étais alors un jeune étudiant en médecine et je participais à la réunion hebdomadaire du service quand le patron me demanda : « côté VO, il y a du nouveau ?». Je réfléchissais à toute vitesse, de quoi parlait-il ? Impossible qu’il me parle de la dernière affiche au cinéma d’art et d’essai en VO ! Décidemment, je détestais les acronymes de la médecine que je ne connaissais pas bien ! C’est alors que l’interne du service me sauva la mise en me tendant une feuille sur laquelle était notée VO = VARICES OESOPHAGIENNES. Je répondais alors au patron : « Monsieur les varices sont stables depuis 2 ans et sont toujours de grade 2/3 ».

Les VO (varices œsophagiennes) sont le parfait sujet lors des départs en vacances, car les VO ne sont ni plus ni moins que les itinéraires de délestage, les itinéraires verts de bison futé (paix à son âme, il va disparaître).

Tentons d’expliquer les VO…

Le haut du corps et le bas sont séparés par le diaphragme et le foie est un des moyens de faire passer le sang de la partie basse du corps vers le dessus en passant à travers le diaphragme via ses veines sus-hépatiques. Comme nous le savons tous, le sang doit revenir au cœur pour être à nouveau envoyé dans les poumons, être oxygéné et repartir dans la grande circulation… Mais quand le foie est fibrosé et surtout quand il est atteint d’une cirrhose, le sang ne peut plus passer à travers le foie pour rejoindre le cœur de l’autre côté du diaphragme et il se met donc à prendre les itinéraires bis… Ainsi, le sang qui ne peut passer dans le foie va faire dilater la veine porte qui arrive au foie, puis le sang arrive à la rate qui bien sûr se met à grossir et donc à détruire les plaquettes (voilà pourquoi les plaquettes sont basses chez le cirrhotiques). Il existe des petits vaisseaux faisant communiquer la rate à la paroi de l’estomac. Les petites routes accueillent donc tout le trafic de l’autoroute fermée, mais pour accueillir tout le monde les vaisseaux doivent se dilater. Puis des parois de l’estomac, le sang remonte par les veines de l’œsophage qui doivent alors se dilater d’où le terme de VARICES OESOPHAGIENNES… Enfin le sang emprunte les veines azygos pour revenir au cœur. Ainsi, l’itinéraire bis a fonctionné, permettant au sang après avoir emprunté les voies de délestage d’arriver à sa destination…
Le problème, c’est que des petites routes ne sont pas faites pour supporter un tel trafic. Alors les veines œsophagiennes se dilatent, mais malheureusement les varices peuvent se rompre provoquant alors une hémorragie digestive.

Même les bouchons sur les autoroutes lors des départs en vacances peuvent être hépatant.

Pascal Mélin

ET SI LES HEPATITES VIRALES ETAIENT DES MALADIES À DECLARATION OBLIGATOIRE ?

JUSTICELa question vous semble absurde ? Mais il faut réfléchir sur le sujet…

Rendre à déclaration obligatoire une maladie n’est pas chose facile, par le passé on se souvient des levées de boucliers de la part des usagers lorsque cela a été évoqué pour le VIH. Mais pour les hépatites virales si c’était les usagers qui le demandaient ? Une maladie peut être proposée à déclaration obligatoire lorsqu’elle est rare ou qu’elle présente des risques: http://www.invs.sante.fr/Espace-professionnels/Maladies-a-declaration-obligatoire/Liste-des-maladies-a-declaration-obligatoire

Dans ces 33 maladies on y trouve des maladies comme les infections ZIKA, le saturnisme de l’enfant, le mésothéliome, mais aussi bon nombre de maladies infectieuses telles que le choléra, le tétanos, l’hépatite A en phase aigüe, l’hépatite B aigüe symptomatique et le VIH etc. La déclaration obligatoire a :

• soit un intérêt de surveillance épidémiologique

• soit nécessite des interventions pour contrôler la diffusion.

La déclaration obligatoire du VIH permet d’obtenir des chiffres annuels de l’épidémie et une adaptation en temps réel. Pour l’hépatite C on se réfère aux dernières grandes enquêtes de 2004, cela fait 12 ans que l’on demande une mise à jour. Pour l’hépatite B, on ne déclare que les hépatites B aiguës symptomatiques (c’est-à-dire 10% des hépatites aiguës). Alors oui, aujourd’hui les malades eux-mêmes pourraient demander l’inscription à la liste des maladies à déclaration obligatoire de l’hépatite B et de l’hépatite C quel qu’en soit le stade !!! On déclare partout que l’arsenal thérapeutique permet d’envisager une éradication des hépatites virales, alors osons nous doter d’une surveillance épidémiologique correcte en demandant l’inscription sur cette liste.

Mais quand j’y pense madame la ministre, vous pourriez nous donner encore un coup de main en déclarant les hépatites virales grande cause nationale en 2017, ou pourquoi pas une pièce de deux euro frappée à l’effigie de la journée mondiale de lutte contre les hépatites virales le 28 juillet, comme cela a été fait il y a quelque temps pour le Sidaction…

Et vous, vous en pensez quoi ?

Pascal Mélin

PCR… VOUS AVEZ DIT PCR ?

PCREncore une consultation d’urgence, un malade qui rechute de son hépatite C… Ça fait partie de ces consultations qui se rajoutent au quotidien déjà chargé.

Un patient pourtant bien informé a demandé une visite d’urgence, car son hépatite C montrait de nouveau le bout de son nez après 6 ans de guérison…

Monsieur R est là dans la salle d’attente avec deux heures d’avance, il est anxieux ne tient pas en place. Au fur et à mesure que j’appelle les patients sur la liste de consultation pour venir dans le bureau, je constate qu’il bouge de place qu’il essaye de lire les revues de la salle d’attente ou qu’il se frotte les mains pour se calmer.

Puis arrive la dernière consultation, c’est à lui…. Il saute de sa chaise… Arrive dans mon bureau, il s’assoit jette un tas de résultats biologiques sur le bureau et me déclare : « cette saloperie de virus est revenu, alors on fait quoi maintenant ? »

Je regarde le bilan aucune charge virale, je lui dis que je ne comprends pas et c’est alors qu’il met le doigt sur la PCR qui est à 25… 25 mg/l ! Tout s’éclaire…

La PCR ou Protéine C Réactive est une protéine dosée en mg/l qui est en fait produite par l’organisme en cas d’inflammation ou d’infection. Et monsieur R avait une bronchite qu’il traînait, ce qui a amené son médecin traitant à lui prescrire un bilan pour faire le point dans lequel figurait bien sur une PCR. Les anglo-saxons l’appellent CRP (C réactive protéine).

La PCR de l’hépatant signifie Polymerase Chain Reaction, c’est-à-dire réaction par polymérisation en chaîne. Pour rendre l’expression compréhensive, le virus dans le sang n’est pas détectable. Il faut l’amplifier, c’est-à-dire faire des photocopies de virus accrochées les unes aux autres pour qu’on puisse enfin compter le nombre de virus. La mesure s’exprime alors en UI/ml… La charge virale ou PCR permet de suivre la maladie dans l’hépatite C, mais cette technique est utilisée pour de nombreuses autres maladies infectieuses.

Monsieur R avait de l’inflammation en lien avec sa bronchite et donc une PCR élevée, mais en aucun cas une rechute de son hépatite C.

UNE PCR PEUT EN CACHER UNE AUTRE…

Pour éviter de telles angoisses par homonymie, on pourrait garder le terme de PCR pour l’infectiologie et préférer CRP plutôt que PCR pour l’inflammation… Apprendre à lire ses analyses c’est bien, être sûr de les comprendre c’est mieux !

Bien sûr les PCR ne sont pas à confondre avec les RCP réunions de concertation disciplinaire… mais c’est une autre histoire…

Pascal Mélin

HEPATITE C GUERIR POUR EVITER LE CANCER…

cover1Le congrès de Barcelone en avril dernier ne nous a pas permis d’évoquer toutes les présentations. Je voudrais revenir sur l’abstract 166 :

Lawitz E, Ruane P, Stedman C, et al. Long-term follow-up of patients with chronic HCV infection following treatment with direct-acting antiviral regimens: maintenance of SVR, persistence of resistance mutations and clinical outcomes. The International Liver Congress, 13-17 April 2016, Barcelona. Abstract 166.

Cette étude était en fait un observatoire commandé par le laboratoire Gilead pour connaître le devenir des patients porteurs d’hépatite C après traitement et guérison virologique par Antiviraux d’Action Direct (AAD). Il s’est déroulé aux USA, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et aussi en France. La population comptait 5433 participants dont 63 % étaient des hommes avec une cirrhose dans 20 % des cas et l’âge moyen était de 54 ans. Ils ont été suivis en moyenne 3 ans.

La réponse virologique est le plus souvent confirmée et durable.

Les rechutes tardives concernaient 0,1 % des participants et pour 0,2 % on a pu constater des réinfections et ce 8 mois après la guérison. Mais pour 99,7% des patients la guérison était bien définitive.

L’apparition de cancer du foie concernait 23 patients.

8 patients à l’entrée dans l’étude, 6 dans les 24 semaines suivantes l’entrée dans l’étude, 6 cas entre 6 et 12 mois et enfin, 3 patients entre 12 et 18 mois. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une étude portant sur les cirrhoses deux conclusions sont à tirer :

– Premièrement les cancers surviennent le plus souvent sur un tableau de cirrhose et ils surviennent essentiellement dans les premières semaines de traitement comme si la guérison survenait trop tard, comme si les processus de cancérisation étaient déjà enclenchés…

– Il s’agit là d’un message fort pour les malades car cette étude confirme qu’un traitement le plus précoce possible et le plus loin de la cirrhose aura le plus de chance de voir disparaître les complications. Enfin, les rechutes ou les recontaminations, même si elles doivent être recherchées avec vigilance, restent exceptionnelles. Une telle étude nous incite à être proactifs dans l’accès aux soins et à la guérison virologique.

Pascal Mélin