Le don de sang en France est anonyme et non lucratif. Depuis 1981, si vous déclariez être homosexuel ou toxicomane votre don de sang était systématiquement refusé lors de l’entretien préalable.

Il y a quelques mois un habitant de Metz à porté plainte auprès de la Cours Européenne des Droits de l’Homme pour discrimination sur l’orientation sexuelle et il a gagné son procès contre l’Etat Français et le Centre National de Transfusion Sanguine.
Mais comment en est-on arrivé là ? Lors de la découverte de la maladie VIH puis de l’hépatite C, on a découvert que la sécurisation par la recherche d’anticorps était une sécurité imparfaite car les anticorps pouvaient mettre 3 mois à apparaitre alors que le donneur était déjà contaminant.

Devant la fréquence élevée de l’épidémie VIH chez les usagers de drogue et chez les homosexuels, il a été décidé d’écarter du don de sang toute personne qui déclarerait appartenir à l’une de ces communautés.

Depuis 30 ans cette exclusion du don est restée dans les recommandations lors des collectes de sang. Et cette exclusion n’a pas évolué au fil de la progression de l’épidémie qui s’est depuis étendue à toute la population.

Ainsi lors des interrogatoires ( pardon lors des recueils de données) et de validation du don chez les hétérosexuels il fallait pour pouvoir être donneur, ne pas avoir eu de partenaires multiples depuis 4 mois et être dans une relation stable ou protégée.

Alors pourquoi ne pas appliquer la même chose pour les MSM ou en français HSH (Homme qui ont des rapports Sexuels avec des Hommes) ? Les HSH sont toujours exclus définitivement du don mais on peut être homosexuel dans un couple stable et vouloir donner son sang par pur altruisme. C’est ce qui a amené ce jeune messin à porter plainte pour discrimination sexuelle.

La Ministre de la Santé Française a pris la décision le 4 novembre dernier de permettre le don de sang des homosexuels , nous nous sommes alors félicités (comme bien d’autres ) de cette prise de position courageuse. Mais en fait en y regardant de plus près, les homosexuels masculins ne sont plus exclus du don, à condition de n’avoir eu aucun rapport sexuel depuis 1 an! Mais quel est donc le statut de celui qui n’a pas eu de rapports depuis 1 an? hétérosexuel, homosexuel, personne à la sexualité dormante ? N’est-on pas en train de remplacer une exclusion par une autre ?

Depuis 2002, il n’y a pas eu de contamination VIH par transfusion grâce aux mesures de sécurité mises en place. Pourtant chaque année après validation par un entretien, ce sont 7 à 14 personnes que l’on dépiste comme porteur du VIH. Et toutes ces personnes sont hétérosexuelles !!!

Alors oui, l’exclusion du don de sang actuelle est absurde, il faut la faire évoluer, un nouveau combat à mener donc ! Mais pour autant est-ce une revendication de principe ou pourrait-on voir une augmentation significative des dons de sang ?

Il nous reste le débat sur les usagers de drogue stabilisés, faut-il les exclure au titre du principe de sécurité ?

A suivre, le débat continue…

P Mélin