SANTE CONNECTEE. MIEUX ACCOMPAGNER… SANS ESPIONNER.

La France est en deuil et demande plus de sécurité et l’on voit fleurir les projets de surveillance par vidéo-camera. C’est dans ce contexte douloureux que les militants ont réfléchi sur le thème de la santé connectée lors de nos universités le weekend end dernier. On n’arrête pas le progrès mais nous devons l’accompagner. Les militants, après réflexion, ont réaffirmé des points de vigilance qui seront transmis au Collectif Inter Associatif des Associations de Santé au quel nous appartenons. La santé connectée doit servir le patient et non le surveiller et le dénoncer. La santé connectée doit permettre d’améliorer la circulation d’information entre les soignants et les malades. Mais cette circulation d’information n’a de sens que si l’on communique mieux.

Vous nous trouvez parano ? Ringard ? Résistant au progrès et au changement ?

Laissez-moi vous raconter une histoire qui est arrivée il y a quelques mois. Sans être encore en présence d’objets de santé connectés nous avons déjà des objets capables de mémoire. Je pense particulièrement aux lecteurs de glycémie capillaire dont la mémoire peut restituer les chiffres de glycémie enregistrés.

Mais pour en faire quoi ? Que va gagner le malade par rapport au carnet diabétique ou les glycémies sont rapportées ?

Les personnes atteintes d’un syndrome d’apnée du sommeil se voit proposer un appareillage nocturne pour les aider dans leur respiration la nuit. Oui mais aujourd’hui les appareils enregistrent le temps d’utilisation et ses effets. Cela permet d’améliorer l’accompagnement du patient et la rencontre avec le médecin pour mieux échanger.

Oui mais voilà la Sécurité Sociale s’est servieESPION 2 de cette fonctionnalité et a proposé il y a quelque mois d’utiliser cette fonctionnalité comme une surveillance et surtout de dé-rembourser la prise en charge en cas d’utilisation insuffisante. Nous voilà entre responsabilité collective et liberté individuelle. Voilà ou nous ne voulons pas aller avec la santé connectée. Il faut bien sûr travailler à l’amélioration de l’observance. Mais l’observance ne se décrète pas, ne s’ordonne pas, ne se prescrit pas.

Chaque malade doit pouvoir prendre la liberté de devenir observant.

La santé connectée n’est qu’un moyen mais pas une fin en soi.

Pascal Mélin

 

 

2 thoughts on “SANTE CONNECTEE. MIEUX ACCOMPAGNER… SANS ESPIONNER.

  1. tout à fait d’accord avec ta conclusion, la santé connectée peut être un bon outil de surveillance pour le malade mais gare aux dérives, restons vigilants
    Janine

Comments are closed.