Non je ne vous propose pas de coucher avec votre médecin ni même de faire la tournée des grands ducs jusqu’à devoir l’accompagner jusqu’à son lit.

Non ! je vous propose simplement une expérience de communication. Dans nos représentations le malade est allongé et le médecin debout, la peinture regorge de ce type de représentation. Pourtant j’ai pu constater dans mon exercice professionnel à quel point le malade debout déstabilise le médecin. Ainsi le jeune interne de médecine qui rentre dans une chambre de malade est choqué par ce malade qui se lève, lui serre la main et lui demande :

BLOG MED 2« Alors docteur où en est-on de mes examens ? Il faudrait que je sois sortie en fin de semaine »

La réponse ne se fait pas attendre :

« Allongez-vous sur votre lit il faut que je vous examine »

Le patient docile et compliant s’exécute et pendant que le patient est allongé il le palpe et lui fait une synthèse de son état de santé. Malheureusement nous voilà à nouveau dans la situation du médecin debout et du malade couché. Le médecin domine le malade qui est en position de stress et n’est pas en position de recevoir les informations ni de les comprendre correctement. Je ne parle pas des situations extrêmes de l’examen gynécologique ou du toucher rectal qui ne sont pas forcément le meilleur pour un échange verbal loyal et constructif dans le cadre de la délivrance d’une information claire et accessible.

Le meilleur moment pour échanger avec un médecin dans le cadre d’une relation équilibrée est de le faire dans la mesure du possible autour d’un bureau et si possible habillé. On rêverait de voir un médecin et un malade côte à côte devant un bureau face à son dossier médical et en participant à la prise de note et d’information. Mais là je rêve …

Non je vous propose un exercice à soumettre à votre médecin. En le laissant habillé et en respectant son intimité proposez lui de s’allonger sur sa table d’examen, restez debout à côté de lui et proposez lui de répondre à toutes les questions qu’il jugerait intéressantes ou pertinentes concernant votre santé.

Vous constaterez alors que vous vous sentirez plus serein pour répondre aux questions mais que lui par contre aura plus de mal à formuler les questions !

Etonnant non ?

Non il n’y a rien d’étonnant dans cette expérience car les dominations ont été inversées. Vous ne me croyez pas et bien proposez donc à votre médecin cette expérience et réfléchissez ensuite avec lui sur l’équilibre des positions lors d’une consultation.

On peut avoir envie rien qu’une fois de coucher son médecin sans vouloir coucher avec son médecin.

Pascal Mélin

(Dessin de Claire Bretécher)