blog no limit

 

Le jeudi  TF1 vous propose  sa troisième  saison de : « no limit »

Série écrite par Luc Besson. Jusque-là rien d’exceptionnel, allez-vous me dire ?

Mais il semble bien que pour faire de l’audimat, il faut y mettre du foie  comme  dans les experts à Miami, docteur House  ou bien encore le film, ma sorcière bien aimée.

Ainsi, à la fin de la saison 2 notre trop bel agent secret Vincent s’expose au gaz sarin pour éviter un attentat et bien sûr, il survit et on lui apprend  que son foie est gravement touché et nécessite une greffe en urgence. On lui annonce alors que sa femme et sa fille ne sont pas compatibles mais que seul son père pourrait lui donner une partie de son foie. Mais problème, le père de Vincent est dans une prison à Bogota et Vincent a coupé les ponts depuis plusieurs années

Arrêtons-nous sur cette saison 2.  Les hépatites sévères au gaz sarin,  il n’y a pas des tonnes de publications scientifiques mais bon, acceptons. Pour la greffe, là il y a à dire  « gravement touché » pas très hépatologique ça, mais  cela ne veut pas dire grand-chose, je suppose que c’est pire que F2 sévère ! Pour information les conditions de greffe sont uniquement d’avoir le même groupe et le même rhésus et pour nous, en France à ce jour, les patients sont sur liste d’attente et parfois en priorité nationale. La greffe intra familiale n’est utilisée que comme la solution de la dernière chance. SOS Hépatites défend le développement de la greffe intra familiale mais il ne faut pas dire n’importe quoi sur la compatibilité,  on greffe plus facilement un foie qu’un rein.

La saison trois débute donc dans ce contexte, Vincent a un foie gravement touché nécessitant une greffe en urgence pour laquelle il part à la recherche de son père à travers le monde. Car bien sûr, quand vous êtes en attente d’une greffe vous vous baladez sans soucis. Plus fou encore, on le découvre courant après une voiture  pendant plus de 3 minutes sans soucis. Puis épuisé (il a le droit) on le voit vomir une pâle  imitation de sang qui laisse supposer qu’il est en train de rompre ses varices œsophagiennes, à moins que ce ne soit un ulcère de stress ? Mais rassurez-vous, cela passe rapidement et il peut de nouveau courir. Vous noterez aussi qu’il prend des pleines poignées de comprimés pour tenir le coup, n’est-ce pas une apologie de l’auto- médication  en cas d’atteinte hépatique sévère  voire d’une toxicomanie ?

Enfin il retrouve son père qui heureusement, comme il était emprisonné, n’a pas consommé d’alcool, donc son foie est en pleine forme et compatible avec la greffe. Il suffit de parler avec quelqu’un qui a séjourné dans une prison pour savoir que l’alcool  circule même en prison.   Tout fini bien, nous voyons père et fils rentrer au bloc  sans examen préalable pour se don d’organe intra familial.

Vous je ne sais pas, mais moi ça m’a énervé,  heureusement il me reste le transporteur …. Quoiqu’il n’y ait pas très longtemps dans un épisode il transportait  un cœur pour une greffe ! Décidément greffe et foie,  c’est bon pour l’audimat.

C’est décidé je vais aller acheter  toutes les saisons de Dallas, la croisière s’amuse et fifi brin d’acier. Comment, vous ne connaissez pas, serai-je vieux ?

Pascal mélin