Hépatite C : l’occasion ratée d’arrêter une épidémie. Les laboratoires toujours rassasiés !

 

Communiqué – le 21 Novembre 2014

Hépatite C : l’occasion ratée d’arrêter une épidémie

Les laboratoires toujours rassasiés !

Depuis de nombreux mois nos associations et collectifs se mobilisent sur les enjeux du prix des nouveaux traitements contre l’hépatite C et par la même sur la politique de fixation des prix, alertant sur les dangers de restrictions d’accès aux soins,  la politique de rationnement  due aux coûts et les difficultés du système de santé à y répondre.

Les associations et collectifs sont en colère !

Au terme de négociations avec le  laboratoire Gilead qui commercialise le SOVALDI, le premier de ces nouveaux traitements particulièrement coûteux, le comité économique des produits de santé (CEPS) a fixé hier le prix du médicament Sovaldi à 13 667 € HT par boîte de 28 comprimés soit 41 000 € pour une cure de 3 mois. Le prix de ces médicaments va  dangereusement impacter un système de santé qui risque en conséquence d’avoir toujours plus de difficultés à faire pleinement jouer sa dimension  solidaire.

Les  contribuables n’ont d’autre choix que d’accepter un prix aussi exorbitant qu’injustifié, destiné à rentabiliser une opération financière privée alors que  l’ensemble des conditions pour autoriser la production  immédiate d’un générique  par l’émission d’une licence d’office sont aujourd’hui réunies.

Pour contrebalancer l’image d’une reddition face à la spéculation financière pharmaceutique, sans lien aucun avec la problématique de l’innovation, la Ministre de la santé, Marisol TOURAINE annonce la suppression de la participation financière de l’assuré à travers « une prise  en charge à 100% par l’assurance maladie ». Mais faut-il rappeler aux plus hautes autorités de l’Etat que le traitement des malades en affections longue durée (ALD, dont l’hépatite C fait partie) est, depuis 1945, pris en charge à 100% par l’assurance maladie ? C’est justement ce système solidaire que les acteurs de la société civile et les malades eux-mêmes veulent préserver, au-delà de leur besoin impérieux d’accès aux nouveaux traitements. Or l’acceptation de tels tarifs, injustifiés au regard du coût de production et de développement, contribue à mettre profondément en danger la subsistance de notre système de santé solidaire et le principe de l’accès aux soins pour tous jusqu’à aujourd’hui revendiqué.

Marisol TOURAINE rappelle le mécanisme de régulation proposé dans le projet de loi de financement  qui ne permet pas  de répondre à la problématique de l’impact du prix des médicaments sur l’accès aux soins. Les contraintes économiques  nous font craindre un tri des patients, parfois sur des critères non médicaux : les détenus et les usagers de drogues risquent d’être les premiers à être écartés de l’accès à ces nouveaux traitements, alors que les recommandations du rapport d’experts sur les  hépatites priorisaient leur accès aux soins, quel que soit le stade de fibrose.

L’opportunité unique de pouvoir enclencher dès maintenant une action déterminée pour mettre fin à l’épidémie de VHC s’éloigne, ce qui risque de plus de nous coûter collectivement plus cher dans la durée… Le gouvernement rate également aujourd’hui l’occasion d’un débat sur la mécanique de fixation des prix des médicaments, enjeu essentiel et éminemment prégnant pour l’avenir de notre système de santé comme de la recherche médicale.

Nous, associations de malades, représentants des usagers, soignants,  appelons la Ministre à saisir l’opportunité historique de la loi de santé pour enclencher une réforme  structurelle des modalités de fixation des prix, permettant de garantir l’accès aux soins pour tous. 

 

 

Contacts :

Michel Bonjour, Président de SOS Hépatites Fédération –   06 84 29 00 95

Emmanuelle Hau/Aurélie Defretin, Médecins du Monde –  01 44 92 14 31 /13 81 – 06 09 17 35 59

Yann Mazens, TRT-5 –  06 46 10 09 51

Signataires :

Actions Traitements, Act Up Paris, Act Up Sud-Ouest, Aides, ASUD, CHV, CISS (Collectif interassociatif sur la santé), Comede, Médecins du Monde, Dessine-moi un Mouton, Nova Dona, SIS association, Sol En Si,  SOS Hépatites Fédération, TRT-5

 

 

__._,_.___

2 thoughts on “Hépatite C : l’occasion ratée d’arrêter une épidémie. Les laboratoires toujours rassasiés !

  1. Mon hépatite C a été découverte en Mars 1997. Depuis des années j’avais une fibrose F1 /F2 et ça n’évoluait pas…. Le mois dernier ma fibrose a évolué en F2 . Mon Docteur spécialiste m’a dit qu’il me téléphonerait pour prendre un rendez-vous en vue de me prescrire les nouveaux soins , mais je n’ai toujours reçu aucun appel . … Je voudrais savoir si j’ai une chance d’être soigné ou bien si je dois attendre d’avoir une fibrose évaluée à F3 , soit le début d’une cirrhose , pour que l’on m’attribue les soins ?
    C’st vraiment honteux de me faire attendre jusqu’à ce que mon foie soit bien atteint ! J’ai écrit à la Ministre Mme Marisol Touraine en courrier AR il y a un mois mais je n’ai aucune réponse …
    Je ne sais plus quoi penser, chaque jour j’attends un coup de fil qui ne viendra certainement pas ! Si quelqu’un pouvait m’éclaircir ?

  2. je viens de lire attentivement, en tant que malade HEPATITE C, et adhérente à SOS Hépatites, je soutiens les démarches entreprises, j’ajoute ma colère à celle des autres malades ; quelle action large pouvons-nous lancer
    contre les décisions gouvernementales, une pétition sur change.org ou autre ???
    que penses nos spécialistes de cette gabbegie ? J’en parlerai avec mon Docteur hospitalier HEPATOLOGUE
    lors de ma visite de contrôle.
    pour moi il est trop tard je suis trop âgée et j’ai eu le traitement à l’interféron sans succès..mais je pense à tous les autres malades.
    Ils seront pris en charge à 100% tant mieux, comment les informer de ce qui se passe pour notre assurance Maladie ?
    à votre disposition, solidairement J. Haudebourg – LE MANS

Comments are closed.