La parole de SOS à l’étranger…

Ce samedi 24 mai, nos amis belges organisaient à Liège un congrès intéressant en tout point.

L’association sans but Lucratif (ASBL) «Hépatites Liège» se réunissait  à l’occasion de leur symposium.

«Hépatite C et toxicomanie : de la prévention à la prise en charge. Intérêt du travail en réseau.»IMG_2030

 

 

 

J’étais invité pour rapporter l’expérience française à travers la parole de SOS hépatites.

Dès la première intervention sur l’épidémiologie belge mon militantisme se mettait en marche. En effet à plusieurs reprises il était rappelé que pour l’hépatite C dans 30 % des cas, la contamination était inconnue. Cela est faux il n’y a pas de contaminations inconnues mais simplement des contaminations NON RETROUVEES dans l’histoire d’un patient.

La pratique de réseau commence par la-non stigmatisation.
Le débat s’est orienté autour des résultats des nouveaux traitements et des enjeux de Santé publique pour les usagers de drogues.

Nos amis belges avec quelques années de décalages avec nous se saisissent des pratiques de réseaux pour améliorer la prise en charge des Usagers de Drogues.

Je leur ai présenté les Tests Rapides à Orientation Diagnostique (TROD) avec réalisation en direct alors que ces tests ne sont pas validés en Belgique.

J’ai évoqué le Fibroscan ambulatoire comme une chance pour inventer une nouvelle pratique de réseau et comment se saisir des nouveaux traitements ?

Seront-ils accessibles aussi pour les usagers de drogues ?
La rencontre entre différent pays et différentes pratiques est une nécessité pour créer une Europe des soins et des politiques sanitaires.

Nous devons nous enrichir de nos différences et de nos expériences.
Il nous faut plus de cohérence et moins de co-errance.
Pascal Mélin.

One thought on “La parole de SOS à l’étranger…

  1. Merci à toi l’ami d’être toujours disponible quand on t’appelle « une fois » en Belgique.
    + Gros bisous.

Comments are closed.