Ce dimanche 27 avril aurait pu être comme tous les autres… Et bien non. C’était un dimanche hépatant.

Vous vous levez et les informations vous expliquent que Jean Paul 2 va entrer dans la grande famille des Saints. Voilà donc pour la première fois et de façon officielle un hépatant devenu un Saint.
En effet, lors de la tentative d’assassinat à son encontre, Jean Paul 2 avait été grièvement blessé et a dû sa survie à une transfusion. Malheureusement les voies du sang n’étaient pas pénétrables à l’époque et il a donc été contaminé par le virus de l’hépatite C. Je vous propose donc que le nouveau Saint devienne celui de tous les malades du foie. Merci de veiller sur nous.

La journée se poursuit dans cette débauche de Saint. Puis le soir, pour me changer les idées, je me jette devant la télévision devant un épisode de « Body of proof » sur W9… Et là, par surprise, j’apprends qu’un terroriste s’est auto infecté le virus de Marburg (le cousin d’Ébola) et le disperse dans la ville de Philadelphie. C’est l’hécatombe les gens meurent en 3 jours, l’horreur ! Sauf un patient toujours vivant plus de 3 jours après et que l’on voit sur son lit d’isolement boire du bourbon.
Savez-vous pourquoi lui est toujours vivant ? La réponse est dans la série parce qu’il a la « chance » d’avoir une hépatite C et d’être sous interféron, ce qui ralenti la progression du virus ! C’est quand même fort. Avoir une hépatite serait une chance et sous interféron en plus ! Celle-là, je ne l’avais jamais entendue. Et les médecins qui l’autorisent à boire de l’alcool sur un lit de réanimation !
J’aurai bien une explication, je pense que le scénariste est porteur d’une hépatite C sous traitement et que c’est son subconscient qui parle, ne croyez-vous pas ? Mais attention car le patient meurt dans la série.
Et puis, il y a ce médecin qui croit avoir trouvé un vaccin et qui sans aucune autorisation va l’administrer en intraveineux bien sûre ! Le premier patient (porteur de l’hépatite C) meurt en quelques minutes alors que la deuxième (l’héroïne) est sauvée et son état s’améliore en quelques minutes ! Inadmissible, en plus, le jour de la clôture de la semaine européenne de la vaccination !
Aujourd’hui les vaccins sont préventifs et doivent être administrés avant le contact avec l’infection. Ils ne permettent que de se protéger contre des maladies mais de nombreuses équipes travaillent sur un vaccin thérapeutique qui pourrait aider les défenses immunitaires des personnes déjà infectées à mieux combattre l’agent qui les infectent. Ce qui se fait déjà dans l’hépatite B. De plus, ce futur traitement ne serait pas efficace en quelques minutes…

J’étais d’abord très en colère me disant qu’on n’avait pas le droit de répandre de telles erreurs. Puis, je me suis dit que si le scénariste était un hépatant, il devait suivre l’actualité thérapeutique sur le site de SOS Hépatites et c’est pour cela qu’il avait connaissance des vaccins thérapeutiques.

Quel dimanche Saint et Hépatant!

Pascal Mélin