28 JUILLET

28 juillet, Militant il faut y aller !!! Oui mais on fait quoi ?

Difficile de défendre, la Journée Mondiale de lutte contre les Hépatites virales, le 28 juillet, lorsqu’on est en France.

Et puis on a  peu de moyen alors on se bat avec nos armes, on écrit et on crie ! Et on se montre !!!

Tee shirtSOSOn porte les tee-shirts (ouf on rentre encore dedans) et on déambule faisant de notre corps une affiche.

On passe pour un fou mais ce n’est pas grave on fait de la résistance.

Et oui il n’  y a pas que les virus qui peuvent être résistants les militants aussi !!!

Et puis la fibrose elle ne s’attaque pas qu’au foie  on dirait bien que partout autour de nous il y a de la fibrose dans le cerveau.

Alors parlez, écoutez, regardez les Hépatants sont là et bien décidés à se faire entendre ….

Pascal Mélin

LES 3 SINGES… DU 28 JUILLET.

Les trois singes du 28 juillet vous connaissez ?

« Rien vu, rien entendu, rien dit ! »

C’est la mascotte de la Journée Mondiale de lutte contre les hépatites virales.

ministre et trois singeLors de son passage sur les différents stands à SOLIDAYS, madame la ministre de la santé, avait acceptée de se laisser prendre en photo avec des militants  de SOS Hépatites et nos trois singes  mascottes.

Nous lui avions alors expliqué et rappelé l’importance de cette journée pour réussir à faire parler de ces tueurs silencieux que sont les hépatites virales B et C.

Mais nous voilà le 28 juillet  coincé entre un déraillement, une naissance royale, les championnats du monde de natation, la chaleur sur les plages et les bouchons de départ en vacances.

SOS Hépatites nous sommes là !!!

Lors de cette Journée Mondiale des Hépatites nous ne pouvons  pas  dire en 2013 « je ne savais pas ».

Que penseriez-vous de quelqu’un qui dirait en 2013 « je ne connais pas grand-chose au SIDA ? »

Alors, pourquoi faudrait-il l’accepter pour les hépatites virales ?  Et vous que diriez-vous ?

Les hépatites virales se sont 2 millions de mort par an sur la planète et 1 mort toutes les 90 minutes en France !

Et pourtant on peut se protéger, on peut se dépister et guérir.

Alors, ne faites pas le singe, madame la ministre !!! Rejoignez notre combat qui est celui de la santé publique et communautaire.

Pascal Mélin

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LES HÉPATITES

 

 image005

 

Les hépatites virales dans tous les États…

 

Les hépatites virales font parties des plus importantes épidémies planétaires : une personne sur douze est porteuse d’un virus, alors que nous pouvons en prendre le contrôle. Le 28 juillet ne doit pas être simplement la journée mondiale de lutte contre les hépatites mais l’engagement de tous les pays pour lutter contre ce fléau.

 

La lutte contre une épidémie virale repose sur trois principes : protection, dépistage et traitement.

 

La protection passe par des programmes de vaccination contre l’hépatite B, des programmes de réduction des risques, et par l’accès universel aux seringues à usage unique. Chaque année en France, 2700 à 4400 personnes s’infectent par l’hépatite C car ils ignorent que l’on peut se contaminer en utilisant du matériel souillé.

Pour ne pas se contaminer, il faut être informé.

 

Il faudrait soutenir la recherche d’un vaccin contre l’hépatite C car c’est le seul moyen qui nous permettra de contrôler cette épidémie. On peut bien sûr en douter quand on constate en France le faible niveau de personnes vaccinées contre l’hépatite B, et sa traduction par des milliers de nouvelles contaminations, de cirrhoses, de cancers et de décès chaque année, malgré des bénéfices individuels et collectifs, sanitaires et économiques, scientifiquement démontrés. Une nouvelle infection par l’hépatite B sur trois en France serait évitée si les recommandations vaccinales étaient simplement respectées.

Pour nous protéger, il nous faut nous vacciner.

 

Le dépistage, au nord comme au sud, est en panne, voire inexistant. En France, nous réalisons chaque année près de 7 millions de tests de dépistage des hépatites B et C mais nous n’arrivons pas à trouver les 250 000 personnes qui ne se savent pas infectées. Proposer un dépistage à toutes les femmes enceintes permettrait par exemple de protéger nos enfants et de les suivre médicalement en cas de d’infection par l’hépatite B.

Il existe des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) pour le VIH, l’hépatite B, l’hépatite C, la syphilis, etc., mais qu’attendent les autorités sanitaires françaises pour les valider et diffuser le plus largement possible ?

Pour pouvoir guérir demain, il faut se dépister aujourd’hui.

 

Les traitements de l’hépatite B et du VIH-sida sont très proches (ils permettent de contrôler la multiplication du virus et limitent la transmission mère-enfant à l’accouchement). Cependant, le coût du traitement contre l’hépatite B fait que peu de malades dans les pays du sud peuvent y avoir accès, contrairement aux malades infectés par le VIH où le nombre de personnes en traitement augmentent chaque année. Trouvons ensemble des solutions et ce d’autant que bon nombre de médicaments sont communs.

La révolution des traitements de l’hépatite C permet d’envisager d’ici deux ans des traitements de 12 semaines (contre 24 à 48 aujourd’hui), avec une gélule par jour (contre 1 à 6 et une injection hebdomadaire actuellement) qui permettra de guérir les malades dans plus de 95% des cas. L’interféron, qui est à l’origine de nombreux effets indésirables très gênants, devrait alors être abandonné. Il n’y aurait plus de contraintes de conservation et d’injections.

Pour réduire l’épidémie, il faut avoir accès au traitement.

 

Pendant ces deux ans, il nous faut donc mettre en place une stratégie globale tant au niveau de chaque nation qu’à l’international. Pourtant les paradoxes ont la vie dure. Alors que de nombreux pays demandent le développement d’un plan de lutte contre les hépatites, la France décide d’arrêter le sien. Alors que la conscience politique prend forme au niveau mondial, nous continuons de réclamer à nos parlementaires de créer une commission « hépatites et maladie du foie » a l’assemblée nationale.

 

Le 28 juillet doit être un temps de mise en cohérence des actions de dépistage, de prévention et de traitement. Contrôler les hépatites en 2013 c’est possible et c’est maintenant.

Pascal Mélin,

Président de la Fédération SOS hépatites

 

 

Contacts presse :

Fédération Sos hépatites

 

M. Pascal Mélin

Tél. +33 (0)7 85 62 91 69

pascalmelin@hotmail.fr

 

M. Eric MERLET

Tél. +33 (0)6 60 71 17 16

direction@soshepatites.org

 

PETITION

Nous ne pouvons plus attendre !!!

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne peut se contenter de dire que le 28 juillet est la journée mondiale de lutte contre les hépatites virales, nous attendons des actes  et des actions concrètes.

Nous restons à l’heure du traitement individuel contre l’hépatite C avec des nouveaux traitements qui permettent d’envisager des guérisons presque systématiquement.

Alors le temps de la guérison individuelle doit  s’associer au traitement  à l’échelon mondial en visant l’éradication du virus de l’hépatite C.

Pour nous soutenir rien de plus simple  signez cette pétition en collant à votre nom « SOS Hépatites ».

Merci de votre solidarité et de rejoindre notre colère  pour une construction hépatante.

http://www.facebook.com/l/TAQGYNj-cAQFdSp-Y8WY9Gmw2yNyzQZcmLbRJUzjCcKJGQw/www.avaaz.org/fr/petition/Test_and_treat_Hepatitis_C_now/?dHKqifb

 

Pascal Mélin

 

 

QUI VEUT NOS TROD ?

SOS HEPATITES fournira des TROD à la Croatie pour le 28 juillet…

Voila qui est lamentable, non ? Alors que Madame La ministre de la santé Nora Berra, en novembre 2011 lors de notre forum à Lyon, nous demandait d’être patients, nous promettant un accès aux Tests Rapides d’Orientation Diagnostiques (TROD) avant la fin 2012.

Nous voici en juillet 2013 et nous n’avons toujours rien en vue : l’évaluation des TROD de l’infection par le VHC n’est toujours pas terminée et le groupe thématique à la Haute Autorité de Santé (HAS) n’a pas encore programmé une réunion de travail.

Autrement dit, ce n’est pas demain la veille que la Direction  Générale de la Santé (DGS) lancera des appels à projets comme cela a été le cas pour le VIH il y a déjà 2 ans, en juin 2011.

Les TROD de l’infection par le VIH ont été évalués en 2008, ceux pour l’hépatite C est actuellement en cours mais rien pour l’hépatite B[1].

SOS hépatites s’est impliqué dans plusieurs projets de recherche interventionnelle pour nous lancer dès que possible dans des actions de dépistage dans des Centres de Soins d’Accompagnements et de Prévention en Addictologie (CSAPA). Nos militants ont bénéficié pour certains de formations à la réalisation des TROD et à l’annonce des résultats, ainsi qu’a l’accompagnement des personnes  ayant un comportement d’exposition.

Nous sommes dans les plots de départ mais nous n’avons toujours pas le droit d’utiliser des TROD hépatite C  en France. C’est donc avec beaucoup de plaisir que nous avons envoyé des TROD à nos amis associatifs Croates qui, eux, ce 28 juillet,  vont  faire des actions de prévention et d’information sur les plages Croates.

Nous rongeons notre frein en nous disant que nous restons le pays d’Europe avec le plus grand littoral, sans compter les actions comme Paris plage…

Nous espérons bien que l’année prochaine, nous pourrons être là le 28 juillet.  Cette année, il nous faudra encore trouver d’autres façons d’agir et de faire entendre notre voix et nos revendications.

Pascal Mélin

[1] L’étude Opti Screen B a évalué les performances de plusieurs tests détectant l’infection par le VHB, disposant ou non d’un marquage CE.