En mai 2010, l’OMS reconnaissait la lutte contre l’hépatite C comme priorité mondiale de santé publique. AIDES et SOS Hépatites, qui attendaient cela depuis longtemps, s’en félicitent. Pour autant, cette prise de conscience internationale n’a pas été suivie en France de prises de décisions concrètes. L’épidémie continue de progresser, se nourrissant du désintérêt flagrant des pouvoirs publics. Le silence entretenu autour du VHC est incompréhensible : 232000 malades chroniques, 4400 nouvelles infections et plus de 2600 morts par an. Il serait temps que notre pays arrête de se voiler la face. Ecouter le Témoignage de Michelle SIZORN Vice Présidente de SOS hépatites